Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Pourquoi Danilo Pereira doit jouer face au Real Madrid

Les milieux de terrain du PSG sont en forme : après avoir marqué deux fois face à Reims, Verratti a donné sa première passe décisive de la saison à Lille (victoire 5-1) ; Paredes, sur sa lancée de son match de tous les records contre Reims, est aussi à l’origine d’un but chez les champions de France en titre ; et surtout Danilo, auteur d’un doublé au stade Pierre Mauroy, vient de marquer trois buts en deux matches de Ligue 1. Et il ne faut pas oublier Gueye, tout récent vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations avec le Sénégal. Du coup, quel milieu va mettre en place Pochettino pour le choc des huitièmes de finale de Champions League face au Real Madrid ? Pour nous, Danilo Pereira doit débuter. Explications.

Pour essayer de définir quel milieu de terrain sera choisi par le staff parisien pour jouer contre le Real la semaine prochaine (15 février), on s’est penchés sur les récentes compositions du PSG. Un premier constat saute aux yeux : le PSG devrait jouer en 4-3-3.

Lors des cinq matches disputés en 2022 (dont un de coupe de France), Pochettino a disposé son équipe en 4-3-3. Au global, lors de 20 des 29 matches de la saison (Ligue 1 et Champions League uniquement), c’est ce schéma qui a été choisi par le staff.

Il ne devrait pas y avoir de surprise en défense où le quatuor Hakimi-Marquinhos-Kimpembe-Mendes a été aligné lors de 11 des 29 matches de cette saison. La blessure de Ramos enterre définitivement l’hypothétique 5-3-2 et, par la même occasion, règle la question de l’éventuelle concurrence entre Kimpembe et Ramos.

En attaque, en attendant le retour de Neymar, le trio Di Maria-Messi-Mbappé, titularisé à Lille, devrait être reconduit, sauf blessure.

Bon OK, mais quid de l’entrejeu ? Quel trio est la mieux à-même de contrarier les plans du probable meilleur milieu du monde Casemiro-Kroos-Modric ? C’est probablement dans cette partie du terrain que se décidera le sort du match. Alors, qui va aligner Pochettino ?

Commençons par le commencement. Et au PSG, Verratti est à la base de tout. On pensait le débat sur son poste tranché après que Pochettino ait pris conscience de tout ce que pouvait apporter à la relance le positionnement de Verratti en sentinelle, mais les événements récents ont rebattu les cartes.

Tout d’abord parce que l’Italien se montre enfin décisif offensivement. Double buteur surprise face à Reims lors de l’avant-dernière journée de Ligue 1, il a délivré sa première passe décisive de la saison dimanche à Lille :

Et ses deux frappes face à Reims ne sont pas restées sans lendemain puisqu’il a de nouveau tenté sa chance à Lille. Il a donc tiré autant en deux matches que lors des 19 précédents !

Si Marco se décide à frapper quand il en a l’opportunité, autant ne pas se priver de son talent balle au pied et le positionner plus haut sur le terrain, comme dans ce rôle de relayeur gauche où, quand il n’est pas collé à la ligne de touche, il s’épanouit pleinement.

OK, mais si Verratti est à gauche, qui va jouer en sentinelle ? Le choix du moment se porte naturellement sur Paredes.

Pour deux raisons. La première tient à la forme du joueur. Après un début de saison marqué par les blessures et les performances en demi-teinte, l’Argentin rayonne de nouveau. Il a été excellent en sentinelle face à Reims, établissant à cette occasion pas mal de records pour un Parisien cette saison.

Une stat témoigne bien de l’état de forme de Paredes, celle des ballons récupérés. Lors des deux dernières rencontres, il s’est en effet signalé comme le meilleur dans ce domaine avec 11 puis 12 balles volées à l’adversaire. Déjà à Lyon, tout début 2022, il avait brillé dans ce secteur du jeu. La différence par rapport au début de saison est flagrante :

Plus en jambes, peut-être plus motivé par l’approche des grands matches, Paredes court plus et apporte enfin défensivement. Il est même, après 23 matches, le Parisien qui récupère le plus de ballons en Ligue 1 :

L’autre argument qui milite pour positionner Paredes en numéro 6 tient aux caractéristiques du Real. Ce n’est pas une équipe qui presse beaucoup. En tous les cas, pas dans la zone de Paredes.

Les attaquants madrilènes pressent en effet encore moins que ceux du PSG :

Le site www.fbref.com ne recense en effet que 29 actions de pressing par 90 minutes dans la zone d’attaque du Real. Voilà qui devrait permettre à Paredes de venir tranquillement s’intercaler entre ses centraux et de relancer dans un fauteuil comme il aime tant.

Ce manque d’entrain au pressing de la part du Real est confirmé par les stats d’un autre site (understat.com) selon lequel l’équipe d’Ancelotti n’est que 16ème sur 20 de toute la Liga en terme d’intensité au pressing (via l’indicateur du PPDA, c’est-à-dire les passes permises à l’adversaire avant une intervention défensive).

En forme, enfin productif défensivement et toujours aussi doué balle au pied, a priori peu gêné par le pressing de Benzema, Paredes part favori pour débuter en numéro 6 face au Real (si sa gêne aux adducteurs annoncée mardi soir ne le contraint pas à déclarer forfait).

OK, mais qui pour compléter le duo italo-argentin au milieu de terrain ?

Un nom s’impose, celui de Danilo Pereira. A côté de ce milieu très technique, il n’est pas choquant d’avoir un troisième homme moins à l’aise balle au pied. La responsabilité de la relance ne reposera pas sur lui. Et lors des sorties de balle côté droit, il pourra compter sur Hakimi, Di Maria, voire Messi qui aime redescendre de ce côté, pour compenser ses lacunes. Compte tenu des qualités techniques des joueurs cités, on n’est pas inquiet.

Le Portugais va surtout amener la densité physique qui manque à Paredes et Verratti. Avec 61 % de duels gagnés, il est le milieu le plus efficace dans ce domaine.

L’écart avec Gueye (51 %), Wijnaldum (52 %) ou Herrera (46 %), qui postulent aussi pour une place de titulaire, est important. Lors des trois derniers matches qu’il a disputés, à chaque fois comme relayeur droit, il a gagné 12 des 18 duels joués.

C’est notamment dans les airs que Danilo rayonne. Avec 1.8 duel aérien gagné par 90 minutes, il est le Parisien le plus efficace.

Il y a un troisième domaine où l’ancien capitaine du FC Porto domine l’ensemble de ses coéquipiers, et celui-là est plus surprenant. Il s’agit des interceptions :

Avec 1.8 interceptions par 90 minutes, il devance Kehrer et Kimpembe. les autres milieux sont assez loin derrière.

Encore plus surprenant, ce nouveau positionnement en tant que relayeur droit, lui offre plus de liberté et lui permet de se projeter davantage.

Il a ainsi plus touché de ballons dans la surface adverse lors des 225 minutes jouées à ce nouveau poste (45 contre Brest où il rentre à la mi-temps et deux fois 90 contre Reims et Lille) que lors des 836 autres minutes de sa saison en Ligue 1 ! 7 en trois matches contre 6 lors des douze précédents :

Le point d’orgue de ce nouvel élan offensif de Danilo ce sont évidemment ses frappes et ses buts :

Danilo a donc tiré à 7 reprises lors des trois derniers matches, contre 5 lors des douze premiers. Et sur ces 7 tirs, trois ont fait mouche, ce qui en fait désormais le deuxième meilleur buteur du club en Ligue 1 :

Le Portugais s’approche par conséquent de son record de buts sur une saison en championnat qui est de 6 avec Porto en 2015-2016. Mais cette saison-là, il avait marqué 5 fois de la tête, contre une seule cette saison. Signe que ses buts sont davantage le reflet d’une plus grande présence offensive sur attaque placée.

Nuno Mendes l’a lui-même reconnu après le but de renard des surfaces de Danilo à Lille, il ne s’attendait à voir son compatriote à cet endroit. Pourtant, rassuré par la présence de trois milieux, il n’hésite pas à pousser ses actions.

Sur l’ouverture du score de dimanche soir, il est, au tout début de l’action (08:52) dans sa position traditionnelle de milieu droit. Il transmet le ballon à Kimpembe qui va décaler Mendes en un contre un sur le côté gauche :

Quand Mendes reçoit le ballon (08:57), il est au milieu de terrain, entre Messi et Di Maria :

Quelques secondes plus tard (09:02), il est le seul Parisien dans la surface pour recevoir le centre que Mendes a déclenché :

Suite à la boulette de Grbic, il est idéalement placé et se montre le plus prompt à réagir :

En se jetant, il devance les deux Lillois et inscrit le premier bur du match :

Comme le montre cette action, le Portugais semble libéré à la fois psychologiquement et physiquement. Ses stats de dribbles (4 en 3 matches contre 5 lors des 12 précédents) et de pressing (15 contre Reims, 10 à Lille) confirment cette impression.

Mais c’est évidemment surtout pour ses aptitudes défensives que Danilo s’impose pour compléter le milieu parisien. Il a un rendement que n’ont pas Herrera et Wijnaldum. Et, dans cette partie du terrain, il faudra avoir du répondant.

En effet, on a mis en évidence en étudiant les stats du Real que l’équipe espagnole privilégiait nettement les attaques sur la partie gauche :

C’est en effet dans cette zone qu’évoluent Vinicius, Kroos et Mendy. Mais, en plus, Benzema et Modric aiment bien venir mettre de la densité dans cette partie du terrain, comme le prouvent les heatmaps ci-dessous :

Pour faire face à ce multiple danger, il faudra un joueur costaud, capable de mettre une pression physique. Danilo ne pourra pas œuvrer seul mais il a le profil pour contrarier les techniciens madrilènes.

Gueye a des qualités défensives similaires, et a pour lui d’avoir particulièrement brillé par le passé contre le Real, mais Danilo nous semble avoir une longueur d’avance dans son jeu sans ballon. En outre, Gueye n’a plus joué avec l’équipe depuis le 23 décembre (à Lorient).

Déchargé des responsabilités dans la première relance, dur au mal physiquement, présent dans les deux surfaces, Danilo a le profil idoine pour compléter le milieu Paredes-Verratti.

Dernier argument militant pour ce milieu Paredes-Danilo-Verartti : la continuité. Paris vient de disputer trois bons matches de Ligue 1 dans cette configuration. Et alors que la continuité n’a pas été le fort du PSG ces dernières saisons, une équipe type semble se dégager avec ces bons résultats.

Alors qu’aucun milieu parisien n’a connu plus de 12 titularisations cette saison en Ligue 1, il serait peut-être temps de figer une organsiation qui semble faire ses preuves (à l’échelle de la Ligue 1 certes).

En face, Kroos et Modric ont débuté 16 des 23 matches du Real, et Casemiro 19. Les trois joueurs se connaissent par cœur. Il va falloir de la technique, de la grinta et de la puissance physique pour relever ce défi au milieu. Le combo argento-portugo-italien semble prêt au combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Le #PSG sous pavillon qatarien, c'est, à titre informatif:

👉182 millions d'euros en impact économique sur Île-de-France

👉2150 emplois indirects générés pour l'Île-de-France

Bizarrement, on n'entend pas trop les élus de tout poil sur ce thème. https://twitter.com/BFMTV/status/1577203195734106112

BFMTV@BFMTV

David Belliard "dénonce" et "regrette" que le PSG appartienne au Qatar

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

📊1 duel gagné sur les 8 disputés par Bernat contre Nice ! Depuis le début de saison, en Ligue 1, il a gagné 5 de ses 21 duels, soit 24 %. C'est le plus bas taux de tous les joueurs parisiens

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

Load More...

Archives

Calendrier

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Top Stats 2020-2021