Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Faut-il prolonger Angel Di Maria ? La réponse en stats

La question a pas mal agité les réseaux sociaux parisiens ces derniers temps. Angel Di Maria, qui dispose d’une option dans son contrat avec le PSG pour une année supplémentaire, doit-il être prolongé ? Au-delà des considérations humaines et financières qui doivent aussi entrer en ligne de compte, nous avons regardé, stats à l’appui, si ses performances actuelles justifiaient la poursuite de l’aventure. Et, a priori, El Fideo a intérêt à se montrer plus souvent décisif s’il veut rester un an de plus avec son copain Messi…

Pour une prolongation de Di MariaContre une prolongation de Di Maria
Un formidable créateur d’occasions pour les autresMoins décisif
Un gros volume de jeuPlus timide face au but
Une capacité à faire progresser le jeuDes dribbles qui ne passent plus
Moins actif défensivement

Joueur offensif, Di Maria est logiquement jugé en premier lieu par son apport face au but adverse. Et en tant que meilleur passeur de l’histoire du club, ce sont naturellement ses passes décisives que l’on regarde en premier :

Alors qu’il tournait jusque-là en moyenne à 11 passes décisives par saison en Ligue 1 (65 en 171 matches), soit 0.4 par match, il n’en a réalisé que 3 pour le moment en 2021-2022 (pour Mbappé à Reims, Gueye contre Montpellier et Marquinhos face à Lille), soit 0.2 par rencontre.

La saison n’est pas terminé puisqu’il reste encore 14 matches, mais il n’est pas sur de bonnes bases en termes de passes décisives. Il se pourrait même qu’il réalise sa moins bonne saison française dans ce domaine puisque, jusqu’à présent, il a toujours distribué au moins 6 caviars.

Pour affiner l’analyse sur les passes décisives, nous nous sommes penchés sur les expected assists (c’est-à-dire les passes qui auraient dû être décisives si les attaquants avaient été dans la moyenne en terme de finition). Il y a en effet une part de cette stat des passes décisives qui dépend du réalisme des attaquants que vous servez. La data des expected assists lui est effectivement moins défavorable puisque selon le modèle, il aurait dû être crédité de 4.7 assists.

Sa moyenne de la saison d’expected assists, rapportée à son temps de jeu, reste néanmoins en deçà de sa moyenne en Ligue 1 : 0.37 xA par 90 minutes contre 0.5 en moyenne au PSG jusque-là (source : understat.com) :

Et au niveau des buts en Ligue 1, ça donne quoi ? C’est légèrement mieux puisqu’il en est à trois buts (à Brest et St Etienne et face à Lille au Parc) alors qu’il n’a jamais été un buteur très prolifique (maximum 12 avec le PSG en Ligue 1) :

On constate néanmoins que, pour le troisième exercice consécutif, il manque de réalisme puisqu’il marque moins que ce que le modèle des expected goals prévoit compte tenu de ses positions de tirs.

Au global, si l’on neutralise les effets du réalisme des attaquants (le sien et celui de ses coéquipiers) et que l’on rapporte sa production offensive à son temps de jeu, l’Argentin réalise sa moins bonne saison face au but adverse :

Di Maria tourne en effet à 0.67 xG+xA par 90 minutes, soit son plus bas ratio en carrière au PSG et nettement en-dessous de sa moyenne en Ligue 1 jusque-là (0.85).

Si l’on prend un petit échantillon des joueurs évoluant dans le même registre que lui dans les grands clubs européens, il souffre quelque peu de la comparaison :

On voit sur le graphique ci-dessus qu’il se maintient au plus niveau européen en terme de création puisque seuls Messi et deux joueurs du Bayern produisent plus pour les autres que lui. En revanche, il présente un vrai déficit en termes d’occasions de buts (il est à 0.3 xG contre 0.6 pour notre échantillon de top ailiers).

Pour marquer plus, il faudrait déjà que Di Maria tire plus souvent. Or, il n’en prend pas vraiment le chemin puisqu’il connaît cette saison sa plus base moyenne de tirs depuis qu’il joue au PSG :

Cette stat des tirs est assez inquiétante car on voit que sa moyenne ne cesse de diminuer depuis 2017. Cette saison, il a même disputé un match (61 minutes à Marseille), sans tenter la moindre frappe.

Il n’a en outre plus le « monopole » des frappes de loin au PSG puisque Messi (30) et même Mbappé (24) ont plus tiré de l’extérieur de la surface que lui (15).

En impression visuelle, l’une des images que l’on a de Di Maria concerne ses difficultés à éliminer en un contre un. Est-ce confirmé par les stats ?

Oui, il présente ses plus mauvaises stats de dribble depuis son arrivée en France :

Il ne réussit qu’1.6 dribble par 90 minutes, soit sa plus mauvaise moyenne en Ligue 1. Et surtout, son taux de réussite est passé sous les 50 %.

Il réussit moins de dribbles que des milieux comme Verratti et même un défenseur comme Diallo :

Il a même terminé cette saison 4 des 14 matches débutés dans le onze avec 0 dribble réussi !

Ses dribbles ratés constituent autant de cartouches rendus à l’adversaire et de balles perdues qui lui sont imputées. Les turnovers constituent le petit péché mignon de l’Argentin. Il perd cette saison 24 ballons toutes les 90 minutes, soit sa plus haute moyenne des 5 derniers exercices.

En pourcentage des ballons joués, le taux n’est pas plus mauvais que les saisons précédentes mais il talonne juste Neymar pour cet indicateur :

Il est même ces derniers temps sur une mauvaise pente puisqu’en cumulé des quatre derniers matches, il a perdu 34 % des ballons qu’il a joués.

Le poids des années (il fêtera ses 34 ans lundi), commence à se faire sentir, notamment dans les efforts défensifs. Avec moins de 14 actions de pressing par 90 minutes, il est sur une de ses plus faibles saisons dans ce secteur.

Parmi les attaquants parisiens, il n’y a que Messi (9) et Mbappé (8) qui sont moins actifs que lui au pressing.

Néanmoins, tout n’est pas à jeter dans la saison d’El Fideo. Il reste même un incomparable créateur d’occasions pour les autres.

Même si Messi lui a chipé récemment sa place de leader en termes de passes clés, il devance toujours Neymar et Mbappé :

Sa moyenne de passes clés de la saison, certes en baisse, reste tout à fait correcte à l’échelle de sa carrière européenne :

Il reste aussi le troisième meilleur passeur de toute l’histoire de la Champions League et, grâce à sa magnifique « passe dé » face à Bruges pour Mbappé, il n’est même plus qu’à une longueur de son néo-coéquipier Leo Messi :

Dans la colonne des points positifs, figure aussi son volume de jeu. Malgré les années qui passent, il ne ménage pas sa peine sur le terrain. Sa « heatmap » traduit bien d’ailleurs son activité :

On remarque au passage que l’arrivée de Messi et la blessure de Neymar le positionnent souvent désormais sur le côté gauche.

Les chiffres reflètent bien son activité : avec 81 ballons joués par 90 minutes, il est sur sa moyenne la plus haute depuis 2017.

Et avec Di Maria, peu de passes « diplomatiques » ou d’actions neutres. C’est un joueur qui va de l’avant. On le voit avec ses stats de mètres gagnés qui le situent, dans l’effectif parisien, quasiment au même niveau que Neymar.

Surtout, on voit que ses vieilles jambes répondent toujours présentes puisque, sur les dernières saisons, il affiche ses meilleures stats en termes de progression du ballon :

Alors, au final, la balance penche de quel côté ? Malheureusement, ce sont clairement les aspects négatifs qui l’emportent à l’heure du bilan intermédiaire de la saison du numéro 11 parisien : pas assez décisif et avec un jeu trop à risques dans une équipe qui compte déjà beaucoup de solistes.

Bien sûr, d’autres arguments entrent en ligne de compte à l’heure de prolonger Di Maria pour une dernière danse, et il lui reste du temps pour éclabousser de son talent les derniers mois de la saison. Mais, l’heure semble néanmoins venue pour un rajeunissement salvateur sur le côté droit d’une attaque parisienne qu’il aura pourtant enchanté pendant sept belles années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Le #PSG sous pavillon qatarien, c'est, à titre informatif:

👉182 millions d'euros en impact économique sur Île-de-France

👉2150 emplois indirects générés pour l'Île-de-France

Bizarrement, on n'entend pas trop les élus de tout poil sur ce thème. https://twitter.com/BFMTV/status/1577203195734106112

BFMTV@BFMTV

David Belliard "dénonce" et "regrette" que le PSG appartienne au Qatar

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

📊1 duel gagné sur les 8 disputés par Bernat contre Nice ! Depuis le début de saison, en Ligue 1, il a gagné 5 de ses 21 duels, soit 24 %. C'est le plus bas taux de tous les joueurs parisiens

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

Load More...

Archives

Calendrier

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Top Stats 2020-2021