Catégories
Analyses Saison 2019-2020

La saison de Marco Verratti vue par les stats

Nous concluons en beauté ce tour d’horizon des performances individuelles des milieux de terrain avec le virtuose italien Marco Verratti. Cette année encore l’ancien de Pescara a fait du Verratti : exceptionnel balle au pied mais toujours aussi peu décisif dans la surface adverse. Le détail de sa saison en Ligue 1 en chiffres et graphiques.

  1. On a aimé

Son niveau général

Son évaluation Whoscored de la saison en championnat est de 7.32, soit la 5ème de toute l’équipe. Il s’agit de sa meilleure évaluation de ces trois dernières années.

Il a régulièrement brillé toute la saison mais si l’on devait retenir trois matches de Ligue 1 où il a particulièrement fait parler son talent, ce seraient ceux-là :

  • Contre Marseille : 1 passe décisive, 117 ballons joués, 3 passes longues réussies, 9 duels gagnés, 4 tacles réussis. Il est en outre directement impliqué dans les trois derniers buts parisiens :  il est d’abord passeur décisif d’une ouverture d’une précision redoutable pour Icardi avant de trouver superbement Di Maria à deux reprises sur les deux buts de Mbappé.
  • Contre Angers : 146 ballons touchés, 1 passe clé, 4 passes longues réussies, 4 dribbles réussis sur 4, 11 duels gagnés, 2 interceptions
  • Contre Bordeaux : 2 tirs (ses 2 seuls de la saison en championnat), 142 ballons joués, 104 passes réussies sur 112, 2 passes clés, 5 dribbles réussis sur 5, 14 duels gagnés sur 17, 6 tacles réussis, 2 dégagements, 2 tirs contrés

Son volume de jeu

Avec 121 ballons joués toutes les 90 minutes, il est le joueur de l’effectif parisien qui touche le plus souvent le cuir.

Traduit en temps de jeu, cela signifie qu’il a le ballon près de deux minutes par match. Personne ne fait aussi bien en Ligue 1.

Avec 1 710 passes effectuées, il domine toute la Ligue 1, même avec un nombre de matches pas exceptionnel (20 matches). Il devance Dante (1 630 passes en 21 matches) et Denayer (1 602 en 25 matches).

A noter qu’on est loin de ses records en carrière en la matière puisqu’en 8 saisons à Paris, il a déjà fait mieux trois fois avec un pic à 125 passes/90 minutes en 2015-2016.

Lors de toutes les rencontres qu’il a débutées, sauf deux, il a touché plus de 100 ballons. Son record : 146 ballons et 127 passes tentées contre Angers.

La sérénité qu’il dégage balle au pied

On a beau le voir à l’œuvre depuis huit saisons maintenant, c’est toujours un régal d’admirer Marco Verratti balle au pied. Toute l’Europe sait maintenant qu’il est quasiment impossible de lui « prendre son jouet ».

L’indicateur le plus impressionnant reste son taux de dribbles réussis, parfois d’ailleurs dans des situations à risque dans sa propre surface : 86.2 % de ses dribbles sont réussis. Parmi les joueurs du PSG ayant tenté au moins 10 dribbles cette saison, seul Kimpembe a fait mieux (86.7 %).

Cela signifie qu’il a raté, en tout et pour tout, quatre dribbles en Ligue 1 cette saison (25/29).

Son taux de réussite est en hausse assez significative par rapport à ses deux dernières saisons où il était quand même à 83 %. Depuis son arrivée à Paris, il n’y a qu’en 2016-2017 qu’il a fait mieux (88.1 %).

On remarque quand même sur le graphique ci-dessus qu’il tente de moins en moins souvent d’éliminer son adversaire balle au pied : avec 1.8 dribbles tentés toutes les 90 minutes, il présente son plus bas niveau depuis ses deux premières saisons dans la capitale. Il n’a d’ailleurs tenté aucun dribble lors de 8 matches de Ligue 1 cette saison (sur 20 disputés).

Avant la fin prématurée de la saison, il restait en championnat sur un coquet 5/5 face à Bordeaux qui constitue d’ailleurs ses records de la saison en terme de dribbles tentés et réussis.

Au-delà de sa capacité d’élimination, sa maîtrise technique se traduit dans son taux de réussite aux passes : 92.5 %, soit son plus haut taux des quatre dernières saisons, dont un parfait 22/22 pour les 18 minutes passées sur la pelouse de Louis II. 28 % de ses passes sont en outre dirigées vers l’avant, soit le taux le plus haut des milieux parisiens.

Dernier indicateur illustrant sa maîtrise balle aux pieds : les fautes provoquées. Avec 2 fautes subies/90 minutes, il est le deuxième joueur du PSG le plus souvent victime des fautes adverses derrière Neymar (4.2).

Son goût pour les duels

Avec 13.1 duels disputés toutes les 90 minutes, il est le milieu le plus bagarreur de l’effectif. Et pourtant, il y a une sacrée concurrence avec Gueye (12.5) ou même Paredes (10.7).

En outre, son taux de succès dans ces duels est plutôt bon (56 %) et même là encore le meilleur de tous les milieux (en bleu dans le graphique ci-dessous).

Il est même le troisième joueur de l’effectif en terme de volume de duels disputés, derrière l’intouchable Neymar et le surprenant Kurzawa.

Il avait d’ailleurs terminé la saison de Ligue 1 en beauté avec 14 duels gagnés sur 17 face à Bordeaux.

Il compense ses lacunes dans le domaine aérien (quand même 47 % de succès) par des duels victorieux balle au pied, notamment en phase offensive (86 % de dribbles réussis).

2. On a moins aimé

Qu’il attende la dernière journée de championnat pour enfin frapper au but

Ses 2 uniques tirs de la saison en Ligue 1 datent du dernier match de championnat qu’il a disputé ! Avant cela, il avait donc joué 19 matches sans jamais tenter sa chance…

2 tirs en 1 482 minutes, soit 0.12 tir/90 minutes : c’est évidemment le plus bas ratio de l’équipe. Cela correspond à 1 tir toutes 741 minutes…

Il égale ainsi son plus faible total sur une saison (certes tronquée).

Il s’agit du plus faible total de l’équipe parmi les joueurs ayant joué plus d’un match.

Curiosité statistique : son nombre total de tirs sur la saison (2) est équivalent au nombre de tirs de loin toutes les 90 minutes de Paredes.

La faiblesse de ses stats offensives

Damned, encore raté ! Le déclic offensif ne sera donc pas encore pour cette saison pour « Il Gufetto ». Marco Verratti n’a par conséquent plus marqué en Ligue 1 depuis la 36ème journée de la saison 2016-2017 contre Bastia !

Comme le montre le graphique ci-dessus, il n’a donc inscrit que 5 buts en Ligue 1 lors de ses huit saisons avec Paris.

Le pire c’est qu’il ne peut même pas reprocher aux gardiens d’avoir sorti des arrêts de folie puisqu’il il n’a tiré que deux fois au but.

En terme d’expected goals, il n’a généré que 0.2 expected goals sur toute la saison. Même Paredes et Herrera, aux temps de jeu bien inférieurs au sien, et Gueye dont le talent offensif est bien moindre, ont des expected goals supérieurs aux siens.

On notera en passant le manque de danger offensif généralisé des milieux parisiens qui à eux quatre représentent 2.7 expected goals et 2 buts inscrits sur toute la saison (certes interrompue) de Ligue 1. Verratti symbolise un peu cette indigence qu’il conviendra de corriger au prochain mercato.

Verratti compense en partie son manque de buts par ses passes décisives : 5 en 2019-2020. C’est autant que le cumul de ses deux dernières saisons. Mais c’est moins bien qu’en 2014-2015 (son record avec 8).

On ne rentrera pas dans le débat de savoir si ces stats faméliques en attaque excluent d’office l’Italien du gratin des milieux européens. Cependant, la comparaison avec les autres milieux du top niveau européen ne lui est pas favorable, tout du moins pour les buts inscrits.

La comparaison en terme de données brutes (et non ramené à la moyenne de minutes) est certes trompeuse parce que tous les joueurs n’ont pas eu le même temps de jeu mais l’idée générale est là : les milieux des grands clubs européens marquent plus de buts que Verratti, sans qu’aucun, cette saison au moins, ne présente des stats pharaoniques. Le plus prolifique est Leon Goretzka (Bayern) qui a inscrit 6 buts (avec un nombre de minutes très proche de celui de Verratti). La moyenne de notre panel n’est que de 2.6 buts.

En terme de passes décisives, notre Italien préféré n’a en revanche pas à rougir de la comparaison avec ses acolytes. Il est même au-dessus de la moyenne qui est de 3.2.

Au final, presque une saison ordinaire pour Verratti qui a banalisé les performances de top niveau mondial. On n’est même plus surpris de le voir refuser des positions de tirs avantageuses tant il est ancré dans les esprits que Verratti ne frappe pas au but et ne marque donc pas. Le schéma en 4-4-2 ne lui est guère favorable pour faire étalage de son talent mais il a encore illuminé les soirées parisiennes de quelques gestes de classe. Une des priorités de Tuchel et des dirigeants parisiens à l’intersaison pourrait d’ailleurs être de lui trouver des joueurs complémentaires au milieu lui permettant de mettre encore davantage en évidence ses immenses qualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top stats

Articles les plus lus

Twitter

Mbappé a grandi de 5 centimètres ces dernières années (LP) https://www.culturepsg.com/news/club/mbappe-a-grandi-de-5-centimetres-ces-dernieres-annees-lp/37908 #PSG

Wijnaldum buteur et en vue avec les Pays-Bas https://www.culturepsg.com/news/selections/wijnaldum-buteur-et-en-vue-avec-les-pays-bas/37906 #PSG

Florenzi, Hakimi, le #PSG passe au cas de l'arrière droit https://www.culturepsg.com/news/mercato/florenzi-hakimi-le-psg-passe-au-cas-de-l-arriere-droit/37904

Load More...

Archives

Calendrier

juin 2021
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930