Catégories
Analyses Saison 2022-2023

Galtier est-il le plus mauvais coach de l’ère QSI ?

Il y a mille manières d’évaluer la qualité du coaching de Christophe Galtier au PSG la saison écoulée : titres, émotions, style de jeu, progression individuelle des joueurs, etc… Pour faire simple, dans cet article, nous nous sommes focalisés sur les résultats du PSG en Ligue 1 en comparant les données de 2022-2023 à celles des années antérieures (depuis 2011). Attention, ça pique !

On commence tout simplement par les points obtenus. Indicateur basique mais très robuste puisque, hormis pour la saison 2019-2020 tronquée à cause du Covid, toutes les saisons sont identiques.

Auteur de 85 points, le PSG de Galtier a donc gagné 2.24 points par match en moyenne. Ce fut suffisant (de peu) pour être champion de France, mais cela situe l’exercice 2022-2023 dans la 2ème partie du tableau des saisons qatariennes du PSG : au 8ème rang sur 12 pour être exact.

Depuis la prise en mains du club par le Qatar, la moyenne de points par match de Ligue 1 est de 2.3. Galtier a donc fait moins bien, avec l’effectif le plus onéreux de l’histoire du club. Il fait même légèrement moins bien que Pochettino la saison précédente (2.26 points/match). Et il est évidemment très loin des saisons à plus de 2.5 points par match de Blanc (en 2015-16) et de Tuchel (en 2019-20).

Sur les huit derniers exercices, il n’y que lors du dramatique 2020-2021 (2.16 points avec un changement de coach à Noël et un titre perdu face au « terrible » LOSC) que le PSG a été moins bon.

Les 85 points du PSG en 2022-2023 se déclinent de la manière suivante : 27 victoires (soit une de plus que la moyenne du PSG sous QSI), 4 nuls (contre 6 en moyenne jusque-là) et 7 défaites. C’est ce dernier indicateur qui fait mal : lors des 11 saisons précédentes, le PSG concédait en moyenne 4 défaites et il n’a fait pire qu’une seule fois (8 en 2020-2021).

7 défaites en 38 matches de Ligue 1, c’est quand même 5 de plus que lors de la saison record de 2015-2016.

Si l’on raisonne par coach et non plus par saison, on a une vision encore plus précise de la position de Galtier dans la hiérarchie des entraîneurs du PSG depuis 2011. Sa moyenne (sur une seule saison certes) de 2.24 points par match en Ligue 1 le situe au 5ème rang sur 7 :

Seuls Kombouaré et Ancelotti, au tout début de l’ère qatarie, affichent des moyennes de points et des % de victoires inférieurs à Galtier. On notera au passage que ce sont Tuchel et Emery qui ont les meilleurs résultats pour ces deux indicateurs.

Autre manière d’apprécier la performance d’une équipe et de son coach : la différence de buts, c’est-à-dire l’écart entre les buts marqués et encaissés.

Sans surprise là encore, la saison écoulée ne restera pas dans les annales du club. Avec un différentiel d’1.3 buts, le PSG à la sauce Galtier est le plus mauvais des huit dernières saisons :

A la vue de la baisse de cet indicateur de différence de buts depuis quatre saisons, on peut considérer que le PSG a du mal à se remettre du départ de Thomas Tuchel fin 2020.

C’est néanmoins le PSG de Blanc qui, sur une saison, a le meilleur différentiel de buts : 2.2 en 2015-2016.

L’analyse par coach vient une nouvelle placer en tête le coach allemand tandis que Galtier se situe encore derrière Pochettino.

Les fans du PSG pensaient que leur club avait touché le fond, en terme de jeu, avec Pochettino. Ils se sont trompés. Galtier a réussi l’exploit de faire pire, et ce avec le meilleur effectif, sur le papier, de l’histoire du club.

Alors comment expliquer la piètre performance de Galtier avec cet effectif XXL ? L’excuse de la coupe du monde a souvent été évoquée, y compris par le coach lui-même, et elle tient globalement la route. Bien sûr, tout n’était pas parfait lors de la première partie de saison, mais l’écart de performance entre l’année 2022 (les 16 premiers matches de la saison) et l’année 2023 (les 22 matches post World Cup) est assez sidérant.

Invaincu en 16 matches en 2022, le PSG a perdu près d’un tiers de ses rencontres après la Coupe du Monde (7 sur 22) :

Le PSG a gagné plus de matches en 2022 (14) qu’en 2023 alors qu’il a disputé 6 rencontres de plus cette année !

L’écart de points est colossal entre les deux parties de saison : 2.8 avant le break contre seulement 1.9 à la reprise.

Pour donner un ordre de comparaison, cette moyenne d’1.9 points par match correspond à une saison pleine à 72 points alors que le pire total de points de l’ère qatarie est de 79 en 2011-2012 (année Covid exceptée).

A l’inverse, les 2.8 points de moyenne sur la première partie de saison sont exceptionnels puisque la moyenne du PSG depuis 2011 est de 2.3 et que le record sur un exercice est de 2.5.

Et ces résultats bruts ne sont pas le fruit du hasard mais bien d’une dégradation importante des performances parisiennes, que ce soit offensivement ou défensivement, lors de la deuxième partie de saison. Tous les indicateurs en attestent.

Les expected goals traduisent parfaitement bien cette chute de performance : avec 2.7 xG pour et 0.9 contre en 2022, le PSG affichait une maîtrise très nette de ses matches. Ce n’est plus du tout le cas à la reprise puisque le différentiel entre les xG pour et contre passe à 0.5 (2 xG pour, 1.5 xG contre) :

Outre les expected goal, toutes les stats traduisent cette chute brutale de niveau, que ce soit offensivement ou défensivement :

OK, mais comment expliquer ces écarts incroyables ? Les stats ne nous le disent évidemment pas mais on peut imaginer que le relâchement mental et physique post Coupe du Monde, associé à l’absence de Neymar et aux nombreuses blessures de manière générale, ont des bonnes têtes de coupable.

Au final, cette analyse en deux parties de la saison du PSG vient en partie relativiser le bilan globalement désastreux de Galtier. Oui, c’est vrai, le PSG a connu sa plus mauvaise saison depuis longtemps, mais cette coupure inédite en milieu de saison a quand même sérieusement pesé dans la balance.

On peut néanmoins pondérer cet « effet Coupe du Monde » sur la baisse de production du PSG en constatant que la baisse était antérieure à la pause de décembre. Les expected goals par match montrent d’ailleurs bien que la coupure est intervenue (J16) alors que le PSG avait déjà entamé sa baisse de performance :

Décidément, il est bien compliqué de trouver des chiffres qui viennent donner un peu de crédit à Galtier.

Alors, Galtier est-il le plus mauvais coach de l’ère qatarie au PSG ? En données brutes, non. Kombouaré et Ancelotti ont fait moins bien. Mais les effectifs à disposition n’étaient pas du même calibre. En pondérant les résultats par la qualité de l’effectif à disposition, on peut sans trop d’états d’âme dire que le Marseillais de naissance est bien le plus mauvais coach de l’histoire récente du club.

Liens vers les autres articles bilan de la saison 2022-2023 :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2022-2023

Articles les plus lus

Top Stats 2021-2022

Top Stats 2020-2021

Calendrier

avril 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives