Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Bilan de la saison des gardiens : léger avantage Navas

On commence avec les gardiens notre traditionnel bilan annuel des joueurs du PSG. Malgré deux joueurs de top niveau mondial, les stats individuelles sont assez moyennes, avec un léger avantage pour Keylor Navas face à Gianluigi Donnarumma.

Ils sont 4 gardiens à avoir eu du temps de jeu en Ligue 1 (Navas, Donnarumma, Rico et Letellier). Record égalé sous QSI puisque c’est la 3ère fois que cela se produit après 2012-2013 (Sirigu, Douchez, Areola, Le Crom) et 2019-2020 (Navas, Areola, Rico, Bulka).

La répartition des minutes est en fait surtout proche de celle de la saison 2018-2019 avec Buffon et Areola en concurrence :

Mais c’est bien évidemment la comparaison entre Donnarumma et Navas qui va nous intéresser ici ; Rico (entré en cours de match face à Nantes suite à l’expulsion de Navas) et Letellier (7 minutes jouées pour être officiellement champion de France lors du dernier match face à Metz) n’ayant eu que des miettes.

Concernant le temps de jeu, Navas a plus de minutes que Donnarumma en Ligue 1 mais moins en Champions League :

La différence en Champions League s’est uniquement faite lors des 1/8èmes de finale face au Real puisqu’en poule, ils avaient disputé 3 matches chacun.

En Ligue 1, Navas a disputé 4 matches de plus (21 à 17), à la fois parce qu’il était titulaire en début de saison (il a joué les 4 premiers matches tant que l’Italien n’était pas là) et en fin de saison (il est titulaire lors de 4 des 6 derniers matches).

Donnarumma a quant à lui disputé les matches les plus importants : la double confrontation éliminatoire en Champions League, 5 des 8 matches face au Top 5 de Ligue 1 et le match de coupe face à Nice. Le bilan de l’équipe lors de ces 8 matches n’est pas bon puisque le PSG n’en a remporté que 3, pour 2 nuls et 3 défaites.

Le graphique ci-dessous retraçant le nombre de buts encaissés par match (toutes compétitions confondues) et par gardien (Navas en jaune, Donnarumma en vert) nous montre que, hormis le début de saison où Donnarumma était en vacances et la période de fin mars début avril où Navas était blessé, la règle de l’alternance a prédominé. Pas une alternance stricte, mais souvent un rythme de 2 matches de suite par gardien

Le graphique montre aussi que lors de 3 des 4 matches où le PSG a pris 3 buts (Real, Monaco et Strasbourg), c’était l’Italien qui était dans les cages. Selon les stats avancées du site fbref.com, il n’aurait pas dû encaisser 9 buts lors de ces 3 parties, mais seulement 6.7.

Sur l’ensemble de la saison de Ligue 1 néanmoins, Donnarumma et Navas font jeu égal selon les stats avancées :

L’Italien a encaissé un peu plus de buts que le Costaricien (1/match contre 0.9 par match) mais ils ont tous les deux encaissés autant de buts que ce que le modèle prévoit compte tenu de la qualité des tirs cadrés auxquels ils ont dû faire face. Une stat assez décevante compte tenu du pedigree et du talent des deux joueurs.

Les autres stats « défensives » sont aussi à l’avantage de l’ancien Madrilène :

Navas a un meilleur taux d’arrêts (77 % contre 74 %) et a réalisé plus d’arrêts (2.9 par 90 minutes contre 2.6). Il a 2 matches à son actif avec 6 arrêts (le record de la saison en Ligue 1) : à Lens et Troyes, avec un seul but encaissé à chaque fois.

Le taux d’arrêts de Navas est bon mais inférieur à celui de la saison précédente (80 %). Quant au ratio de Donnarumma (74 %), il fait partie des plus mauvais pour un gardien parisien sur une saison sous QSI : seuls Sirigu en 2014-2015 (71 %) et Areola en 2016-2017 (60 %) ont fait moins bien.

L’indicateur « taux d’arrêts » n’est certes pas optimal pour juger de la qualité d’un gardien, mais la comparaison avec ses prédécesseurs ne joue pas en faveur de l’Italien.

Le Costaricien a aussi réalisé plus de « clean sheets » : 8 en 21 matches de Ligue 1, contre 5 pour Donnarumma (en 17 matches).

L’Italien se rattrape un peu en Champions League (meilleur taux d’arrêt, écart plus favorable entre les buts pris et les buts théoriques pris) mais sa bourde au Bernabeu vient noircir le tableau.

Plus surprenant encore, dans le jeu au pied, Navas s’en sort mieux que l’ancien Milanais :

Navas a un meilleur taux de passes réussies, y compris dans le jeu long. Il compte même 6 matches sans aucune passe ratée (3 pour Donnarumma) et n’est jamais descendu sous les 75 % de passes réussies lors d’un match (3 fois pour l’Italien).

Par conséquent, Navas est le gardien qui fait le plus progresser le ballon par la passe : il gagne en moyenne 325 mètres contre 282 pour « Gigio ».

Seule ombre au tableau pour l’aîné des deux : son expulsion face à Nantes fin novembre, heureusement sans conséquence (victoire 3-1).

Au final, les stats des deux gardiens sont assez proches, avec un léger avantage pour Navas en Ligue 1. Mais les données restent assez moyennes, signe que l’alternance mise en place par le staff entre deux « fuoriclasse » n’a pas été optimale et que les portiers n’ont pas donné leur pleine mesure (sans parler de la bourde de Donnarumma en Champions League).

Liens utiles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2022-2023

Articles les plus lus

Top Stats 2021-2022

Top Stats 2020-2021

Calendrier

février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

Archives