Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Neymar ou Messi, qui a réussi la meilleure saison ?

On poursuit les bilans individuels de la saison 2021-2022 des joueurs parisiens avec un format particulier pour les attaquants. On a joué au jeu de la comparaison pour évaluer la saison des deux anciens coéquipiers barcelonais, Neymar Jr et Leo Messi. Dans des styles très différents, et sans atteindre les niveaux d’excellence qu’ils ont connu par le passé, ils ont tous les deux apporté, chacun dans son domaine de prédilection. Analyse.

Si l’on commence ce double bilan par le temps de jeu, on constate que Messi n’a disputé que 26 matches, ce qui constitue son plus faible total sur une saison depuis le début de sa carrière. La faute, d’une part à une reprise tardive de l’entraînement liée à son transfert (1er match à Reims, fin août, pour le compte de la 4ème journée), d’autre part à ses fréquents aller-retour en Amérique du Sud pour jouer avec sa sélection nationale. Sans compter le Covid qui lui a fait manquer 5 matches en janvier, et des petits bobos qui lui ont aussi fait rater plusieurs rencontres. Il n’aura au final disputé « que » 2153 minutes, soit quand même le 5ème temps de jeu de l’équipe.

Même si c’est un point bas dans la carrière de la Pulga, c’est toujours plus que Neymar lors de n’importe quelle de ses 5 saisons dans la capitale française. Le Brésilien a disputé 1861 minutes en Ligue 1, ce qui constitue son record sur une saison avec le PSG.

L’ancien joueur de Santos a encore été touché par les blessures, cette fois-ci à la cheville suite à un nouveau vilain tacle d’un Stéphanois fin novembre qui l’a tenu éloigné des terrains jusqu’à mi-février.

L’autre constat concernant le temps de jeu de Neymar est la fin de son statut d’intouchable. Là où Messi n’a été sorti qu’une fois, hors blessure, avant la fin du match (à la 76ème minute contre Lyon, regard noir en direction du coach à la clé), Neymar n’a pas connu le même traitement de faveur.

Il a même subi plus de sorties en cours de match cette saison (9, hors blessures et arrêts de jeu) que lors des 4 saisons précédentes cumulées (7 en tout, jamais plus de 2 sur un exercice) :

Le symbole de ce changement de statut est le match contre Nantes en novembre : suite à l’expulsion de Navas, Pochettino doit sacrifier un attaquant et entre Neymar, Mbappé et Messi, tous les 3 sur la pelouse à ce moment-là, c’est le numéro 10 qui rejoint le banc.

Gros avantage Messi donc sur cette partie relative au temps de jeu.

Passons maintenant aux différents aspects du jeu des deux protagonistes, en commençant par le rendement offensif.

6 buts et 14 passes décisives en Ligue 1 pour Messi contre 13 buts et 6 passes dé pour Neymar. A première vue, le bilan est équilibré entre les deux joueurs qui sont donc, derrière Mbappé, les 2èmes et 3èmes Parisiens les plus impliqués sur des buts du PSG en Ligue 1 :

Pourtant, à y regarder de plus près, les stats offensives de Neymar sont meilleures que celles du numéro 30.

Le graphique ci-dessous nous apporte pas mal d’enseignements :

Le premier constat est celui du gros manque de réalisme de la part de Messi : le modèle des expected goals indique que l’Argentin aurait dû marquer, compte tenu de ses positions de tirs, 10 buts. Comme il n’en a inscrit que 6, il a donc sous-performé de 4 buts.

Ce manque de réalisme est évidemment très inhabituel pour l’ancien Barcelonais. Depuis que la stat est disponible (2014), il présentait, avant cette saison, un bilan global largement positif puisqu’il avait marqué 39 buts de plus que ce que le modèle prévoyait ! Il n’avait marqué moins que ses expected goals une seule fois dans sa carrière (-1.1 but en 2015-2016) :

Bien sûr, tout ceci est assez théorique et le bilan aurait pu être, cette saison encore, positif si … les 7 tirs de Messi qui ont heurté un montant (source : whoscored.com) avaient été plus précis de quelques centimètres. Mais avec des si…

Pour donner encore plus de relief aux 7 tirs de Messi sur les montants, on indiquera que depuis 2009 (date des premières données dispoinibles sur whoscored), aucun joueur n’a fait « mieux ». On rajoutera que les 7 tirs recensés par whoscored constituent la version basse car Opta, dans un tweet, en comptabilise même 10, la différence provenant des tirs déviés par le gardien sur un montant :

Pour conclure ce chapitre sur les expected goals, on peut relever que Neymar, quant à lui, après une première partie de saison bien compliquée face au but (retard de 2 buts par rapport à ses xG après 27 journées), a fini l’exercice en trombe (9 buts pour 5.8 expected goals lors des 9 derniers matches).

On le voit sur le graphe ci-dessous où la courbe rouge, celle des expected goals cumulés, est au-dessus de celle des buts cumulés (en bleu) une bonne partie de la saison jusqu’à ce qu’elle se croise sur la fin avec une accélération du rythme de buts du Brésilien :

Messi a en moyenne marqué tous les 15 tirs, contre un but pour 4 tirs pour Neymar. Il faut dire que les positions de frappes de Messi n’étaient pas particulièrement bonnes. En moyenne, chacun de ses tirs avait seulement 11 % de chances de provoquer un but. Il s’agit de son plus mauvais ratio depuis que la stat est disponible.

On voit avec le graphe ci-dessus qu’en outre, il ne s’est jamais créé aussi peu d’occasions que la saison dernière : alors qu’il tournait jusque-là à 0.84 expected goal par 90 minutes, sa moyenne a chuté de moitié avec le PSG.

Le très faible nombre de buts de Messi a donc de multiples causes : moins d’occasions de buts, des positions de tirs moins bonnes, un manque de réalisme devant le but, et un manque de réussite !

Les données relatives aux passes décisives sont également très intéressantes :

En données brutes, Messi a réalisé une superbe saison avec 14 passes décisives. D’ailleurs, sur une saison sous QSI, il n’y a que Mbappé cette saison (17) et Di Maria en 2015-2016 (18) qui en ont donné plus :

Mais ce qui est encore plus surprenant dans la performance de Messi c’est qu’il a donné ces 14 passes décisives avec seulement 8.7 expected assists. Cela signifie que compte tenu des situations de tirs sur les passes de Messi, seulement un peu moins de 9 buts étaient attendus. Donc les attaquants parisiens, et en premier lieu Mbappé, ont surperformé et ont marqué là où un attaquant lambda ne l’aurait pas fait, contribuant ainsi à gonfler les stats de passes dé de Messi.

C’est le phénomène inverse pour Neymar : selon le modèle, il aurait dû donner 8.7 assists mais les attaquants ont gâché certaines de ses offrandes et il n’a fini en réalité qu’avec 6 passes décisives.

Donc avec le même nombre d’expected assists (8.7), Messi et Neymar ont des stats de passes décisives très éloignées (14 à 6), contribuant à avoir un regard plus négatif sur la saison du Brésilien.

On voit d’ailleurs à quel point les chiffres sont fragiles : avec un peu plus de réussite face aux buts, Messi aurait marqué un nombre de buts plus conforme à ses standards, et sans la maladresse de ses coéquipiers, Neymar aurait pu finir la saison en double-double (au moins 10 buts et 10 passes décisives).

Les deux superstars n’ont pas affolé les compteurs en termes de buts et de passes décisives. Et pourtant, on les retrouve tous les deux sur le podium des joueurs des 5 principaux championnats européens créant le plus d’occasions.

Seul Payet (Marseille) est donc à l’origine de plus d’actions débouchant sur un tir. Le PSG dispose bien de deux créateurs de génie dans son effectif. C’est d’ailleurs Messi qui a le record du PSG sur un match depuis que la stat est disponible avec 13 actions amenant un tir (contre St Etienne et à Lille).

On voit qu’en matière de création, Neymar n’est pas complètement cuit puisque ses 3 passes clés de moyenne sont au-dessus de ses saisons 2018-19 et 2019-20 et constituent le record pour joueur du PSG la saison écoulée :

On conclut cette partie sur le secteur offensif avec les stats de tirs :

Messi a un tir de plus en moyenne que Neymar mais il cadre bien moins souvent. Aucun attaquant parisien n’a un taux de tirs cadrés supérieur à celui de Neymar (56 %). Celui de Messi (33 %) s’explique aussi en partie par une proportion de tirs de loin supérieure à celle du Brésilien (48 % à 33 %).

Sur cette partie offensive, on peut accorder un avantage à Neymar, Messi payant ici son manque d’efficacité.

Penchons nous désormais sur les stats relatives à la construction du jeu de l’équipe. Et là, c’est un peu « 2 salles, 2 ambiances ». Ou plutôt « 2 joueurs, 2 styles de jeu ». Là où Messi va privilégier le jeu de passes, Neymar est plus dans la percussion individuelle.

En stats, cela donne quoi ? Tout d’abord, un Messi roi du jeu vers l’avant et de la passe qui tue. En Ligue 1, personne ne fait mieux que ses 10.2 passes progressives (c’est-à-dire les passes qui font progresser le ballon d’au moins 10 mètres). Et dans l’ensemble des 5 principaux championnats européens, il n’y a que Thiago Alcantara qui a fait mieux (10.3)

On constate au passage que la majorité des joueurs présents dans ce Top 10 des passes progressives sont des milieux reculés et des défenseurs. Cela en dit long sur le positionnement de Messi, placé souvent très bas sur le terrain.

Messi réussit également plus de passes longues (3.3 à 1.8) et plus de passes vers le dernier tiers que Neymar (8.1 à 5.5). Logiquement, il fait plus progresser le ballon que son coéquipier :

Si les 204 mètres gagnés par la conduite par Messi sont dans sa moyenne catalane, ce sont les 320 mètres gagnés par la passe qui interpelle : jamais dans sa carrière, il n’avait autant fait avancer le jeu par la passe (max à 310 avec Barcelone). On a là une nouvelle confirmation du nouveau rôle confié à la Pulga par Pochettino, plus reculé pour distribuer le jeu de l’arrière.

Cette donnée de progression du ballon est aussi extrêmement intéressante pour illustrer les difficultés de Neymar dans le jeu. Que ce soit par la passe (252 mètres contre une moyenne à 315) ou par la conduite (189 mètres contre une moyenne à 249), il a établi ses plus bas niveaux depuis qu’il joue en France.

Ces difficultés se retrouvent dans ses stats de ballons perdus. Neymar est le Parisien qui perd le plus de ballons (24/90 minutes).

La comparaison avec Messi est assez terrible pour l’ancien joueur de Santos : Messi perd un tiers de moins de ballons que Neymar (16 contre 24). L’Argentin ne rend à l’adversaire que 19 % des ballons joués, contre 27 ou 28 % pour les autres attaquants parisiens (Mbappé, Di Maria et Neymar).

Le jeu du brésilien est plus dans la provocation et donc plus à risques, on le sait. On en a la confirmation avec les stats de duels et de dribbles.

Pour la 5ème saison de suite, Neymar est le Parisien qui dispute et gagne le plus de duels en Ligue 1 :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-58.png.

A l’échelle de la Ligue 1, il figure même dans le Top 10 des duels disputés par match.

La saison 2021-2022 est néanmoins celle où Neymar a gagné le moins de duels. Pour la 2ème saison de suite, il perd plus de duels qu’il n’en gagne.

Il détient le record de duels gagnés sur un match du PSG cette saison avec 18 (sur 30) face à Lyon (2-1) Ce jour là, il avait réussi 10 dribbles, 7 actions de pressing, une interception et un tacle. Il avait aussi provoqué 7 fautes, record de la saison, et marqué un pénalty.

Il est d’ailleurs, et de loin, le Parisien qui provoque le plus de fautes, pour la 5ème saison consécutive :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-59.png.

Parmi l’ensemble des joueurs de Ligue 1 à plus de 1000 minutes, Neymar est le joueur qui a subi le plus de fautes la saison dernière (3.4 par 90 minutes). Il devance Guimaraes (3.2), Guirassy (3.1) et Boufal (3.1)

Il a même subi au moins une faute lors de chacun des 22 matches de Ligue 1 qu’il a disputés :

Logiquement, il est aussi le Parisien qui tente le plus de dribbles (mais Mbappé en réussit plus que lui) :

Neymar tente 2 dribbles de plus par match que Messi (6.1 contre 4.1) et avec un moins bon taux de réussite (46 % contre 65 %).

Les deux joueurs ont connu leur plus mauvaise saison en terme de dribbles réussis :

Neymar a divisé par deux son nombre de dribbles réussis par rapport à ses saisons précédentes. Et Messi, tout en conservant un taux de réussite très élevé, a connu une chute importante également :

Messi n’a donc jamais aussi peu dribblé que la saison dernière. Temps d’adaptation ? Limites physiques ? Consignes tactiques ? Sûrement un peu de tout ça. En tous les cas, il a privilégié le jeu de passes et ses coéquipiers n’ont pas eu à s’en plaindre.

D’ailleurs, dans l’optique d’un futur éventuel schéma à trois devant (Mbappé-Messi-Neymar), c’est peut-être l’Argentin qui serait le mieux à-même d’organiser le jeu en numéro 10, surtout si l’on tient compte de ses difficultés (à confirmer) à finir les actions. Et Neymar, qui semble avoir retrouvé ses qualités de finisseur, pourrait être positionné devant avec Mbappé.

Quoi qu’il en soit, dans cette partie consacrée à l’organisation du jeu parisien la saison dernière, Messi a clairement été plus efficace, et dans un style plus sobre, que Neymar, qui reste un énorme puncheur mais qui présente beaucoup de déchet.

Pour conclure cet article, on va s’intéresser aux stats défensives. Et on va constater qu’il y a un écart très net d’investissement entre les deux, au bénéfice du Brésilien.

Toutes les stats à caractère défensif sont favorables à Neymar, à commencer par celles du pressing. Le Brésilien presse beaucoup plus (16 actions de pression par 90 minutes à 9) et mieux (26 % de réussite à 22) que l’Argentin.

Neymar est le joueur à vocation offensive du PSG qui presse le plus. Messi au contraire est en queue de peloton, avec Mbappé.

On peut comparer les stats des 2 joueurs étudiés ici avec leurs homologues des grosses écuries européennes :

Dans cet échantillon (assez subjectif) des attaquants des principales écuries européennes, on se rend compte que Neymar fait partie des joueurs qui pressent le plus. Bien sûr, il faudrait ajuster par le taux de possession, mais le PSG fait partie des équipes qui ont le plus haut taux donc ses adversaires ont moins le ballon et le PSG a moins l’occasion de presser que d’autres.

Messi, à l’inverse, est en queue de classement, juste devant Benzema qui presse encore moins mais avec plus de succès.

Neymar, malgré une condition physique souvent précaire, n’a donc pas ménagé sa peine défensivement. Il s’agit même de sa saison avec le plus de pressing tenté depuis qu’il joue à Paris :

Concernant Messi, ce qui choque à la lecture du graphe ci-dessous, ce n’est pas tant le faible niveau de pression (identique ces 3 dernières saisons), mais la faiblesse du taux de réussite : alors qu’il tournait aux alentours des 30 % ces dernières saisons, il a chuté à 22 % au PSG. On peut y voir clairement le manque d’organisation collective à la perte qui rend quasi vains les éventuels efforts désordonnés des uns et des autres

Les autres statistiques défensives confirment la différence d’implication entre les deux stars :

Neymar récupère près de deux fois plus de ballons et tacle 3 fois plus souvent que Messi.

L’année est d’ailleurs été particulièrement faste pour Neymar qui n’avait jamais réussi autant de tacles (55 % de réussite contre 39 % en moyenne)

Messi, quant à lui, est plutôt dans sa moyenne basse par rapport à ses années barcelonaises.

Sur la partie défensive du jeu, Neymar est donc beaucoup plus investi et efficace que Messi.

Alors, au global, qui de Messi ou Neymar a réussi la meilleure saison ? Si l’on peut s’accorder à dire qu’aucun des deux n’a réussi une saison à la hauteur des attentes, Neymar a été plus efficace offensivement et plus actif défensivement. Messi, de son côté, a été plus présent, et surtout bien meilleur dans l’élaboration des attaques parisiennes.

Les deux joueurs ont au final un bilan très proche, avec peut-être un léger avantage à Neymar. Quoi qu’il en soit, on attend encore davantage des deux stars pour la saison à venir !

Liens utiles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Et Deschamps a trouvé son Matuidi de 2018 pour compenser la air défense de Mbappe ! C'est Dembele côté droit. Mi milieu mi ailier. J'adore.

📊Mbappé a tenté 9 dribbles lors du 1er tour de la coupe du monde. Personne n'en a tenté plus. Il n'en a en revanche réussi que 3

Load More...

Archives

Calendrier

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Top Stats 2020-2021