Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Bilan de la phase de poules de Champions League (volet 1) : un PSG à l’arrêt avec le ballon

Notre bilan de la phase de poules de Champions League 2021-2022 du PSG sera divisé en quatre parties : le jeu avec ballon, l’attaque, la défense et l’investissement sans ballon. Ce premier volet est donc consacré au jeu collectif parisien où les difficultés à faire progresser le ballon ont été plus prégnantes que jamais.

Le phénomène le plus marquant à la lecture des stats de cette phase de poules concerne la difficulté du PSG à faire progresser le ballon. Tous les indicateurs traitant de cet aspect vont dans le même sens : jamais dans son histoire récente en Ligue des Champions le PSG n’a éprouvé autant de difficultés à installer son jeu, mettre en difficulté ses adversaires et donc gagner des mètres.

Puisque notre analyse va régulièrement comparer les stats du PSG avec les phases de poules des années antérieures, voici pour mémoire, les adversaires du PSG lors des 6 saisons étudiées.

  • 2016-2017 : Arsenal, Bale, Ludogorets
  • 2017-2018 : Bayern Munich, Anderlecht, Celtic Glasgow
  • 2018-2019 : Liverpool, Naples, Etoile Rouge de Belgrade
  • 2019-2020 : Real Madrid, Bruges, Galatasaray
  • 2020-2021 : Manchester United, Leipzig, Basaksehir
  • 2021-2022 : Manchester City, Leipzig et Bruges

On débute la démonstration avec la stat des passes progressives (c’est à dire les passes dans le camp adverse qui permettent de faire avancer le ballon d’au moins 10 mètres lors des 6 dernières passes) :

Depuis que la data est disponible (2018, site www.fbref.com), jamais le PSG n’avait affiché un niveau de passes progressives aussi faible en phase de poules de Champions League.

Bien sûr, il faudrait pondérer l’ensemble des indicateurs utilisés dans cette étude par la qualité des adversaires rencontrés. Et il ne faut pas nier que les oppositions de cette saison étaient de qualité. Néanmoins, l’écart avec les trois exercices précédents en matière de passes progressives est colossal (baisse de 39 %).

L’arrivée de Messi aurait pourtant pu/du être synonyme d’augmentation de cette capacité à casser des lignes. L’Argentin est certes leader côté parisien mais sa moyenne par rapport au Barça a drastiquement chuté (de 10.7 à 5.8 passes progressives par 90 minutes) :

Anecdote assez folle traduisant bien le manque de contrôle du PSG lors de chacun des six matches de poule : dans tous les matches, l’adversaire a réussi plus de passes progressives que le PSG !

Pour terminer d’enfoncer le clou concernant cette stat des passes progressives qui traduit bien la capacité (ou non) d’une équipe à jouer vers l’avant et trouver des joueurs entre les lignes ou en profondeur, regardons le classement du PSG parmi l’ensemble des 32 équipes engagées cette saison en Ligue des Champions : le PSG est 28ème sur 32 !

La stat des passes réussies vers le derniers tiers est la soeur jumelle des passes progressives : le PSG réussit sa plus mauvaise campagne dans l’histoire récente et ne figure pas dans le Top 20 des formations engagées :

Le jeu long constitue une des manières de faire progresser et d’atteindre la zone dangereuse adverse. Or, le PSG, depuis plusieurs saisons, est très frileux dans cet exercice. Cela s’est encore vu à l’occasion de cette campagne européenne puisque, à part le Shakhtar Donetsk, aucune équipe ne tente moins de passes longues que l’équipe de Pochettino :

Les presque 37 passes longues tentées par match par le PSG sont d’ailleurs la plus faible moyenne du club lors des six dernières phases de poules (moyenne à 45).

Ce manque de jeu vers l’avant se voit également à travers la donnée des mètres gagnés :

Avec 2 734 mètres gagnés par la passe en moyenne par match, le PSG établit sa plus mauvaise performance des quatre derniers exercices.

D’ailleurs seulement 30 % des mètres parcourus par la passe s’est fait en direction du but adverse. Là aussi, il s’agit du plus bas ratio des quatre saisons où la stat est disponible.

La conséquence logique de cette difficulté à faire avancer le ballon est le peu de danger créé chez l’adversaire. On peut mesurer ce phénomène avec le nombre de ballons joués dans la surface :

Les 21 ballons joués dans la surface par match constituent le point bas du PSG en phase de poules depuis que la stat est disponible (2018).

Aussi, lors d’aucune rencontre de cette phase, le PSG n’a touché davantage de ballons que son adversaire dans la surface adverse :

Même lors des victoires face à Bruges (32-35), City (18-47) et Leipzig (28-37), le PSG a été moins présent que son adversaire dans la zone de vérité.

Hormis les difficultés à combiner vers l’avant ou à renverser le jeu, le manque de centres peut aussi être pointé du doigt comme facteur responsable de ce manque de poids offensif.

Selon les données de l’uefa, le PSG est l’équipe qui a réussi le moins de centres lors de cette 1ère phase de Champions League (à égalité avec Malmö) :

Le PSG n’a en effet réussi que 12 petits centres (sur 53) en 6 matches (source : uefa.com).

Une dernière stat illustre bien les problèmes rencontrés par les coéquipiers de Neymar pour mettre hors de position la défense adverse : les dégagements défensifs. Le PSG est l’équipe contre laquelle les adversaires ont eu le moins recours à ce type d’interventions défensives

En 6 matches, Bruges, City et Leipzig n’ont dégagé que 38 fois le ballon (soit 6 par match). En 2 matches contre Paris, l’équipe de Guardiola n’a eu à effectuer ce geste qu’à 3 reprises, alors que dans le même temps le PSG l’a réalisé 51 fois !

Que ce soit en comparant les données aux saisons antérieures ou en les mettant en parallèle des autres clubs de cette phase de poules, le constat est unanime : le PSG a éprouvé toutes les peines du monde à installer son jeu, faire avancer le ballon jusqu’à la surface adverse et ainsi se donner les moyens de créer le danger.

La qualité des oppositions rencontrées cette saison est certes à prendre en compte mais ne suffit pas à expliquer les difficultés rencontrés dans le jeu par le PSG.

Nous verrons dans la deuxième partie de notre analyse de cette phase de poules 2021-2022 que si cela n’a pas empêché l’attaque parisienne de marquer, celle-ci a dû faire beaucoup avec peu.

Liens utiles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Les petits Bleus s'arrêtent en 1/2 de l'Euro U19 mais putain j'ai pris plus de plaisir lors de chacun de leur match que sur toute la saison du PSG.
Enormes qualités individuelles, super jeu collectif, super état d'esprit. J'adore.
Gros coup de cœur pour le Sochalien Virginius

📊C'est Messi le Parisien à l'origine du plus d'actions amenant un tir (grâce à une passe, un coup de pied arrêté, un dribble, une faute provoquée...). Il devance de très peu Neymar.

📊Neymar est le Parisien qui a délivré le plus de "passes clés" (passe débouchant sur un tir d'un coéquipier) : 3 toutes les 90 minutes.
En 5 saisons au PSG, il a été le leader pour cet indicateur 4 fois (Di Maria le devance en 2019-2020)

📊Le PSG a marqué 14 buts de la tête, son record sous QSI. Cette saison en Ligue 1, il n'y a que Rennes qui a fait mieux (18)
#latouchePochettino

📊C'est Marquinhos qui a pris le plus de tirs de la tête avec 15, devant Icardi et Danilo (11) . Mbappé en a 4, dont 2 buts
1/2

Load More...

Archives

Calendrier

juin 2022
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Top Stats 2020-2021