Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Bilan de la phase de poules de Champions League (volet 2) : une attaque du PSG qui transforme le plomb en or

Nous poursuivons notre analyse du jeu parisien lors de la phase de poules de Champions League en se concentrant dans cette deuxième partie sur l’attaque. Si le bilan chiffré offensif n’est pas mauvais (13 buts en 6 matches), il témoigne surtout du fait que les attaquants parisiens ont su faire beaucoup avec pas grand chose.

Le premier volet de notre bilan de la phase de poules nous a montré quelles difficultés rencontrait le PSG pour installer son jeu dans le camp adverse et mettre hors de position l’adversaire.

La conséquence logique de ce manque de fluidité dans la préparation des attaques parisiennes est un nombre réduit de munitions pour les attaquants. C’est assez intuitif : si les ballons arrivent peu aux attaquants, ils auront moins d’occasions à se mettre sous la dent.

On en a la confirmation avec les données relatives aux tirs et aux expected goals.

Avec 9.7 tirs par match lors de cette phase de poules, le PSG a établi, et de manière très nette, sa plus mauvaise performance des six dernières saisons :

La moyenne de tirs lors des phases de poules entre 2016 et 2021 était de 15.1 par match, soit 36 % de plus que la moyenne de cette saison (9.7 tirs/match).

Comme indiqué dans le premier volet, il faut évidemment avoir en tête la qualité des adversaires rencontrés.

Dans cette poule plutôt relevée, il n’y a que lors de la dernière journée face à Bruges, sans enjeu côté parisien, que le PSG a plus tiré au but que son adversaire :

Mbappé et Messi concentrent la majorité des cartouches puisqu’à eux deux ils totalisent 31 des 58 tirs du PSG lors de cette 1ère phase (53 %).

27 des 31 tirs du duo ont eu lieu à l’occasion des confrontations avec Leipzig et Bruges. Ils n’ont donc frappé, à eux deux, que quatre fois au but en 180 minutes face à Manchester City. Le match aller face aux hommes de Guardiola est d’ailleurs le seul de la saison (toutes compétitions confondues) où Mbappé n’a pas tenté sa chance.

Avec ces 9.7 tirs par match, le PSG se situe au 25ème rang parmi les 32 équipes engagées lors de cette phase de poules de Champions League :

Le Real, futur adversaire du PSG en 1/8èmes de finales, est second avec près du double de tirs (18.3). On retrouve tous les favoris pour la victoire (Real, City, Liverpool, Ajax, Bayern, Chelsea) aux premières places d’un classement dominé par le surprenant Inter Milan. Le trio Martinez-Dzeko-Perisic totalise plus de tirs que l’ensemble du PSG (61 à 58).

Forcément, ce nombre de tirs réduit côté parisien génère un niveau d’expected goals inférieur aux années précédentes :

Avec 11.7 expected goals en 6 matches, le PSG fait moins bien que lors des cinq saisons précédentes. On constate néanmoins que l’écart n’est pas si important puisque la moyenne des saisons 2016 à 2021 était de 13.3, soit 12 % de mieux que la saison en cours.

On a la confirmation que les expected goals de cette saison du PSG ne sont pas mauvais avec le classement des 32 équipes de la compétition :

Malgré un nombre de tirs réduit et inférieur à la majorité des équipes engagées, le PSG produit un niveau d’expected goals qui le positionne au 6ème rang, entre l’Inter et le Real dont on vient de dire qu’ils tiraient près de deux fois plus au but que le PSG !

L’explication est assez évidente : le PSG se procure certes un faible nombre d’occasions, mais la qualité des occasions est, elle, élevée. Il faut entendre par là que les positions de tirs sont très favorables et à fort taux de probabilité de but.

On en a la confirmation chiffrée avec le taux d’expected goal/tir qui mesure justement la qualité de la position de tir :

Le ratio de 21 % signifie que chaque tir du PSG avait en moyenne 21 % de chances de provoquer un but. On voit que ce taux est largement supérieur à l’ensemble des 31 autres équipes. Le second, l’Ajax, est à 16 % et la moyenne est seulement de 11 %. En Ligue 1, le ratio du PSG cette saison est de 15 %.

On peut avancer trois explications à ce fort taux d’xG/tir :

  • le poids des pénaltys : le PSG s’est procuré 3 pénaltys lors de cette phase de poules (soit le 2ème total de la compétition). Or, ces situations génèrent chacune 0.75 xG et donc tirent vers le haut la moyenne. En Non-Penalty Expected Goals, le PSG recule au 9ème rang.
  • le type de jeu pratiqué : régulièrement mis en difficulté lors des matches de poule, le PSG a beaucoup utilisé l’arme de la contre-attaque pour créer le danger. Or, ces situations de contre peuvent offrir des niveaux d’expected goals souvent plus élevés puisque le nombre d’adversaires entre le tireur et le but est moindre.
  • le match aller contre Leipzig : face aux Allemands, le PSG a réalisé son meilleur score en terme d’expected goals (3.7). Mais, outre son pénalty à très fort taux, les deux tirs de Messi à l’occasion de son but de la 67ème (il frappe d’abord sur le poteau puis n’a plus qu’à pousser le ballon dans le but vide) ont généré 1.2 expected goals (dont 0.76 pour le but en lui-même)

On le voit, en trois tirs contre Leipzig, Messi a provoqué 1.5 xG, soit près de 10 % des expected goals totaux du PSG sur la période. Donc il faut certainement relativiser la hauteur des xG du PSG.


Néanmoins, ce fort niveau d’expected goals explique que malgré un nombre de tirs famélique, le PSG ne soit pas ridicule en termes de buts marqués.

Le PSG a en effet inscrit 13 buts lors de cette phase de poules, soit le même total que lors de deux des cinq dernières campagnes :

Paris a donc été réaliste face à la cage adverse en marquant 13 buts pour 11.8 expected goals, notamment Messi auteur de 5 buts avec 3.4 xG.

Avec ces 13 buts, le PSG a la 7ème attaque de la compétition (à égalité notamment avec le Real) ce qui est tout à fait honorable, et même inespéré compte tenu de la difficulté à approcher le but adverse :

Ils sont cinq Parisiens à avoir marqué lors de cette phase de poules et le duo Messi-Mbappé a inscrit 9 de ces 13 buts (69 %) :

En conclusion de ce volet consacré à l’attaque, on peut apporter une note positive au bilan de cette phase de poules : en dépit des difficultés dans l’élaboration des actions, le PSG présente des stats offensives décentes. Il le doit en grande partie au réalisme de ses attaquants qui ont su faire fructifier efficacement les rares opportunités créées.

Liens utiles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Et Deschamps a trouvé son Matuidi de 2018 pour compenser la air défense de Mbappe ! C'est Dembele côté droit. Mi milieu mi ailier. J'adore.

📊Mbappé a tenté 9 dribbles lors du 1er tour de la coupe du monde. Personne n'en a tenté plus. Il n'en a en revanche réussi que 3

Load More...

Archives

Calendrier

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Top Stats 2020-2021