Catégories
Matches Saison 2021-2022

Lorient-PSG (1-1) : Quelques motifs d’espoir malgré tout…

Pour le débrief du piteux match nul de mercredi face au dix-neuvième de Ligue 1, on n’a pas voulu se gâcher les fêtes de Noël en décrivant pour la énième fois les grosses lacunes de l’équipe parisienne. Alors, on s’est penchés sur les quelques éléments positifs de la rencontre à Lorient. Et, de manière presque surprenante, il y en a pas mal. Hauts les cœurs !

Les motifs d’espoir de Lorient-PSG (1-1) :
Les prises d’initiatives d’Achraf Hakimi
Le coup de rein retrouvé de Leo Messi
Enfin du jeu long !
Le coup de boost de Presnel Kimpembe
Encore un but de la tête !

Les prises d’initiatives d’Achraf Hakimi

Sa passe décisive de la 91ème minute n’est pas le fruit du hasard. Elle vient même récompenser une partie où le Marocain était particulièrement en jambes. Mais, en fait, avec Hakimi, les jambes n’ont jamais été le problème : servi ou pas servi, il n’avait pas cessé d’enchaîner les aller-retour et les appels (à vide) ces dernières semaines.

Le problème semblait plutôt d’ordre mental. En effet, après un début de saison où, sur la lancée d’une bonne prépa, il semblait avoir trouvé des connexions (avec Herrera et Mbappé notamment) et n’hésitait pas à prendre des initiatives par le dribble, le centre ou la frappe, il avait ensuite sérieusement décliné.

Souvent oublié par Di Maria et Messi sur son côté, il semblait tétanisé à l’idée de prendre le moindre risque ou de ne pas rendre la balle aux vedettes argentines aussi vite qu’elles lui avaient donnée.

L’évolution de son nombre de centres témoigne bien de la période de vache maigre qu’il a traversée :

Alors qu’il était sur une série de 19 matches avec un seul centre réussi, il en a distribué trois parfaits mercredi soir, dont celui de l’égalisation pour la tête d’Icardi.

Surtout, il en a tenté sept à Lorient, soit le même total que lors des cinq matches précédents cumulés. Le signe de la confiance retrouvée ?

On a d’autres indices concordants : il a notamment tenté quatre dribbles, ce qui ne lui était plus arrivé en Ligue 1 depuis fin août à Reims (et l’arrivée de Messi…).

D’ailleurs sur l’action qui amène le but, il prend l’initiative de provoquer balle au pied :

Avant de déborder et de déposer in extremis le ballon sur la tête d’Icardi :

Il a en outre touché 110 ballons, son record de la saison, signe d’un joueur qui ne se cache pas et n’a pas peur des responsabilités.

Et il a allié efficacité et volume de jeu puisque son activité a débouché sur cinq passes clés (il égale ainsi le record de passes clés d’un Parisien sur un match cette saison) mais aussi sur quatre tacles réussis, démontrant qu’il répondait présent des deux côtés du terrain.

Dommage que ce match déclic intervienne juste avant la trêve et la Coupe d’Afrique des Nations durant laquelle il va terriblement manquer au PSG…

Le coup de rein retrouvé de Leo Messi

Autre événement très positif de cette drôle de soirée en terre bretonne, le retour des jambes de Messi. Alors que les débats se multiplient pour savoir si oui ou non l’Argentin réalise une bonne première moitié de saison, il a rappelé, le temps d’une soirée, quel joueur merveilleux balle au pied il peut être.

Pour que la soirée soit totalement réussie, il aurait bien sûr fallu qu’il marque ou donne une passe décisive. Mais il a manqué de réussite sur son magnifique enchaînement de la 26ème minute, qui trouvera le poteau de Nardi :

Il en est à son 6ème montant touché cette saison, le 5ème en Ligue 1 (c’est trois de plus que n’importe quel joueur du championnat).

Et Di Maria a curieusement vendangé son caviar peu avant l’heure de jeu :

Mais une stat témoigne bien du retour du coup de rein de Messi : les dribbles. Il en a réussi 11 sur 13 face à Lorient. Il établit ainsi la meilleure marque d’un Parisien cette saison (Neymar s’était arrêté à 10 face à Lyon).

Surtout, il en a autant réussi à Lorient que lors des neuf matches précédents en cumulé :

En l’absence des autres solistes Neymar et Mbappé, l’Argentin a pris les choses en main et n’a cessé de créer la panique dans la défense lorientaise.

Sa prise d’initiatives et sa forme retrouvée se voient aussi au travers ses stats de ballons joués (112, son 2ème total de la saison) et surtout de passes progressives (17), domaine où là aussi il bat le record sur un match d’un Parisien cette saison (Neymar, 16 à Metz).

Dommage, comme pour Hakimi, que la trêve le coupe dans son élan car la meilleure version de Messi sous le maillot Rouge et Bleu était enfin sous nos yeux.

Enfin du jeu long !

On ne cesse de le réclamer depuis de longs mois, tant cette arme du jeu long, totalement absente de l’arsenal parisien, nous paraît être indispensable pour contourner plus rapidement les blocs bas qui font souvent face au PSG.

Ce ne fut pas parfait mercredi soir mais il y a du changement dans l’air.

Alors que le PSG tournait en moyenne à 35 passes longues tentées par match jusque-là (soit la plus basse moyenne de Ligue 1), il en a successivement effectué 51 face à Monaco et 50 à Lorient.

Les deux matches présentent peu de similitudes donc difficile de dire s’il s’agit de consignes nouvelles ou simplement d’opportunités qui se sont présentées.

Et au Moustoir, les Parisiens ne se sont pas contentés d’allonger. Ils l’ont fait avec brio, en réussissant 84 % de leurs tentatives ! Il s’agit à la fois du plus haut taux de réussite de la saison (la moyenne est à 66 %) et du plus grand nombre de passes longues réussies sur un match par le PSG depuis janvier 2018 (43 face à Montpellier) !

S’ils sont neuf joueurs à avoir réussi au moins une passe longue à Lorient, certains sont à mettre en avant plus que d’autres. A commencer par Sergio Ramos. Déjà à Saint Etienne, pour son premier match, il avait déjà montré son savoir-faire dans le domaine avec 7 réussites sur 9. Mais en moins d’une mi-temps mercredi soir, il a explosé tous les compteurs avec 11 passes longues réussies sur 13 ! Aucun Parisien n’a fait mieux cette saison.

C’est d’ailleurs sur l’une d’elles qu’il lance Messi côté droit avant que celui-ci ne dépose son adversaire direct pour servir Di Maria qui loupe le cadre de près (56ème).

Ses transversales « signature » ont donné des idées à ses collègues de la défense centrale : Marquinhos, un habitué du genre, en a distribué 7 sur 9, et Kimpembe, qui sait qu’il doit mieux faire dans ce secteur, a réussi les 3 qu’il a tentées. Il vient d’ailleurs d’en réussir 9 en 3 matches, soit autant que lors des 7 matches précédents cumulés.

Comme le montre le graphique ci-dessous, Messi également n’a pas hésité à chercher à changer le jeu, le plus souvent pour rechercher son compère Di Maria à l’opposé :

A confirmer sur la durée car cette arme du renversement de jeu paraît indispensable pour prendre de vitesse les blocs bas bien regroupés.

Le coup de boost de Presnel Kimpembe

C’est peu dire que jusqu’à présent on restait un peu sur notre faim quant à la saison de Presnel Kimpembe. Impliqué sur plusieurs buts encaissés, auteur de la faute coupable à Leipzig qui permet l’égalisation en fin de match, l’international français ne rayonne pas.

Mais, peut-être boosté par le retour sur les terrains de Sergio Ramos, potentiel concurrent pour une place dans le onze, le Titi a livré un bon match pour terminer l’année.

Plusieurs stats témoignent de la qualité de sa prestation. On a déjà mis en évidence qu’il avait réussi trois passes longues et qu’il était sur une bonne série dans ce secteur qui n’est habituellement pas sa tasse de thé.

On veut surtout mettre en évidence un domaine qui lui est cher : les duels. Face à Moffi et consorts, il a battu son record de duels gagnés cette saison avec 8 (sur 11) :

Il est d’ailleurs le Parisien qui affiche le meilleur taux de duels remportés cette saison en Ligue 1 (62 %, juste derrière Bernat et Rafinha qui ont cependant un volume de duels très faible).

Autre signal positif quant au retour en forme de Kimpembe, ses prises d’initiatives. On le voit avec son total de mètres gagnés (579) mais aussi avec ses dribbles (2 sur 2).

Pourtant positionné dans une position hybride en 2ème mi-temps, mi stoppeur gauche mi latéral gauche, Presko a été particulièrement en vue et a montré à Ramos et Pochettino qu’il faudra compter sur lui pour la deuxième partie de saison. Une raison de plus de passer à une défense à trois ?

Encore un but de la tête !

Paris a inscrit à Lorient son onzième but de la tête cette saison en Ligue 1. Personne ne fait mieux dans le championnat de France. Et l’équipe de la capitale est en train de battre son record (du moins dans son histoire récente) :

Le PSG version Pochettino n’est plus qu’à deux longueurs des 13 buts inscrits de la tête par celui de Tuchel en 2018-2019.

Ils sont sept joueurs de l’effectif à avoir déjà donné un coup de casque victorieux cette saison :

Avec son but salvateur mercredi, Icardi prend la tête de ce mini-championnat.

Voilà, avant de se lancer dans les bilans de fin d’année, on voulait terminer sur une note positive et, malgré l’impression générale laissée par ce nouveau match décevant, on a pu relever plusieurs éléments positifs.

Et la liste n’est même pas exhaustive parce qu’on aurait aussi pu citer : le développement du jeu sur les côtés avec de nombreux centres, l’entrée en jeu pendant 15 minutes d’un jeune du centre de formation (Sekou Yansané), les arrêts salvateurs de Navas a priori pas perturbé par sa bourde de Bollaert, ou même la tentative de passage en défense à trois de Pochettino en 2ème mi-temps (même si le schéma n’était pas forcément très limpide).

Hauts les coeurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

📊Après 2 journées de chaque groupe, Griezmann et Hernandez partagent la 1ère place au nombre de places clés (9) avec l'Iranien Taremi.
Mbappé et Dembélé sont 5èmes avec 6.
Une passe clé est une passe débouchant sur un tir d'un coéquipier.

📊Après 2 journées de chaque groupe, c'est Di Maria qui a réussi le plus de dribbles (7/14). Dembélé est 2ème avec 6 (sur 12). Mbappé est 6ème avec 5 (sur 15)

📊Après 2 journées de chaque groupe, Neymar, même en n'ayant joué qu'un seul match, est le joueur qui a subi le plus de fautes (9). Messi est 4ème avec 7.

📊Après 2 journées de chaque groupe, Hakimi (Maroc) est le joueur qui a réussi le plus de tacles (9), à égalité avec De Jong (Pays Bas) et Milenkovic (Serbie)

📊Après 2 journées de chaque groupe, Mbappé est le joueur qui a le plus tiré au but avec 13 frappes. Il devance le Tunisien Msakni (9), ainsi que David (Canada) et Gnabry (Allemagne) avec 8

Load More...

Archives

Calendrier

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Top Stats 2020-2021