Catégories
Analyses Saison 2021-2022

Le baromètre des gardiens : avantage Donnarumma

On vous propose à compter de ce jour un nouveau rendez-vous régulier sur Paris Stats Germain. Cela concerne les gardiens, souvent parents pauvres de l’analyse individuelle, faute de stats suffisamment pertinentes. Mais la mise à disposition des données relatives aux buts évités permet désormais de produire des analyses plus poussées. Premier exemple ci-dessous avec la comparaison des performances cette saison de Donnarumma et Navas.

Ce nouveau rendez-vous régulier relatif aux gardiens parisiens se fera systématiquement en deux temps : d’abord l’analyse des stats basiques (arrêts, passes, clean-sheets…), puis, la partie la plus intéressante, avec les stats avancées (les buts évités). Les données concernent la Ligue 1 et la Champions League et sont issues des sites whoscored.com et fbref.com.

Les stats « classiques » sont résumées sur ce premier graphique ci-dessous :

Navas, en rouge, présente des meilleures statistiques de jeu au pied que Donnarumma. Cela n’est pas vraiment conforme à notre impression visuelle mais c’est la réalité des chiffres.

Le Costaricien réussit plus de la moitié de ses passes longues (48 sur 94, soit 2.7 par 90 minutes) contre moins de 50 % pour l’ancien Milanais (33 sur 69, soit 2.2 par 90 minutes). Navas a 4 matches à son actif avec un sans faute dans le jeu long (seulement deux pour Donnarumma) et, à l’inverse, l’Italien a rendu une copie vierge (aucune passe longue réussie) à trois reprises cette saison (avec notamment un 0/4 face à Lille).

On notera cependant que Navas est plus en difficulté en Champions League (40 % de réussite dans le jeu long contre 55 % en Ligue 1).

Plus adroit globalement dans ses passes, l’ancien Madrilène gagne logiquement plus de mètres : il fait en moyenne progresser le ballon de 318 mètres, contre 293 pour Donnarumma. Les deux portiers sont au coude-à-coude sur les données en coupe d’Europe, mais Navas fait encore une fois la différence avec ses stats de Ligue 1.

C’est pourtant l’Italien qui a réalisé la meilleure performance en termes de mètres gagnés par la passe sur un match, tout récemment, face à St Etienne (552 mètres). A titre de comparaison, à l’aller dans le Forez, il n’avait fait avancer le ballon que de 141 mètres (pire performance pour un gardien du PSG cette saison).

Battu dans le jeu au pied, Donnarumma prend sa revanche sur les autres datas basiques des gardiens : il réalise plus d’arrêts et a plus de clean-sheets à son actif.

Toutes compétitions confondues, l’Italien repousse 79 % des tirs cadrés qui se présentent à lui. C’est évidemment excellent. Ce qui est surtout remarquable c’est qu’il a le même taux d’arrêts en Champions League (78.9 %) qu’en Ligue 1 (79.5 %), alors que les stats de Navas sont plus en retrait dans la compétition reine (65 %) :

On notera au passage que Navas a été un peu plus sollicité que Donnarumma : 4.3 tirs cadrés par 90 minutes, contre 3.9. Le Costaricien a notamment connu trois rencontres avec 7 tirs à repousser (à Troyes, Lens et Bruges) et il en a à chaque fois arrêté 6. Le match où son concurrent au poste de gardien a été le plus sollicité est celui face à City avec un parfait 7/7 pour « Gigio ».

Stat hallucinante au passage : le seul match de la saison (L1 et Champions League) où le PSG n’a subi aucun tir cadré de son adversaire est… celui face au Real ! C’est aussi le match où l’adversaire a le moins tiré (3).

Pour en revenir à la Ligue 1, il n’y a qu’un seul gardien dans tout le championnat (le Niçois Benitez), qui présente un meilleur pourcentage d’arrêts que les gardiens parisiens (NDLR : les stats ci-dessous sont extraites de fbref.com et sont légèrement différentes de celles de Whoscored utilisées plus haut dans l’article).

Parmi les cinq principaux championnats européens, Donnarumma se classe 7ème et Navas 11ème pour cet indicateur du taux d’arrêts. Le leader est le Portugais de Wolverhampton José Sa avec 83.7 % de tirs arrêtés.

Dernier indicateur basique, les clean-sheets, c’est-à-dire les matches sans encaisser de but. Donnarumma en compte 6 (sur 14), dont 2 en Champions League (face à City et le Real). Navas a également gardé sa cage inviolée 6 fois, mais sur 18 matches. Il encaisse en moyenne 1.1 but par match, contre 0.7 pour Donnarumma.

Passons maintenant aux stats avancées et à une en particulier : les Post Shot Expected Goals (PSxG). Avec cet indicateur, on mesure la probabilité qu’un tir génère un but, non plus à partir de la position du tireur (comme pour les expected goals) mais de la qualité réelle de la frappe. Du coup, les Post Shot Expected Goals ne s’intéressent qu’aux tirs cadrés puisque ce sont les seuls qui ont une chance de faire but.

Cette data offre notamment la possibilité de mesurer la performance des gardiens de but puisqu’elle permet de comparer le nombre de buts réellement encaissés à ceux qu’un gardien lambda aurait encaissés compte tenu des frappes cadrées auxquelles il a dû faire face. C’est donc le pendant des expected goals mais pour les gardiens.

Pour réaliser l’étude de cette article, nous nous sommes basés sur les données en provenance du site fbref.com. Alors, que nous disent ces stats avancées sur les performances comparées cette saison de Navas et Donnarumma ?

Pour le coup, il n’y a pas photo : Donnarumma s’est montré beaucoup plus décisif que Navas.

Si l’on prend en compte la Ligue 1 et la Champions League, Donnarumma a permis d’éviter 3.5 buts (en cumulé sur les 15 matches joués), contre seulement 0.4 pour Navas.

Pour produire cette stat, on regarde pour chaque match l’écart entre les buts que le gardien aurait dû prendre et les buts réellement encaissés. Cet écart peut être positif, dans le cas où le gardien a « surperformé », ou négatif s’il a pris plus de buts qu’attendu compte tenu de la qualité des tirs adverses. Pour faire ce bilan, on a additionné cet écart pour chaque match de chaque gardien.

La conclusion est que, sur cette partie de saison, Donnarumma surperforme nettement par rapport à un gardien moyen, alors que Navas fait à peine mieux.

En chiffres totaux cela donne ceci :

  • Donnarumma a subi 58 tirs cadrés qui, compte tenu de leur qualité, auraient dû générer 14.5 buts. Il n’a encaissé que 11 buts donc il a un différentiel positif de 3.5 buts
  • Navas, lui, a subi 76 tirs cadrés qui auraient dû générer 19.4 buts. Il en a encaissé réellement 19 donc il a un écart positif de 0.4 but.

Le détail par compétition nous apporte une information complémentaire : alors que Donnarumma est quasiment aussi performant en Ligue 1 (2.1 buts évités) qu’en Champions League (1.5), Navas a de son coté plus coûté de buts qu’il n’en a évités en Ligue 1 (14 encaissés contre 13.8 attendus).

Le détail par match de Navas ci-dessous permet d’en savoir plus sur cette contre-performance globale :

Sur les 18 matches qu’il a joués, le gardien costaricien est moins bon qu’un gardien lambda à 7 reprises (ce sont les barres rouges situées sous le trait 0 du graphique ci-dessus). Sur ces 7 matches, il y en a 6 en Ligue 1. Sa plus grosse contre-performance est son deuxième match de la saison face à Strasbourg où il encaisse 2 buts avec seulement 0.8 Post Shot Expected Goals.

Quant à Donnarumma, il a nettement plus souvent évité des buts (10 fois) qu’il n’en a coûté (4 fois). Le match où il a eu le plus d’impact, statistiquement parlant, est celui face à Manchester City (0 but encaissé malgré 0.8 PSxG).

On constate également que l’Italien est pour le moment plus régulier que son collègue : pas de match héroïque à son actif, mais très peu de matches en négatif (on l’a vu), et même quand il n’est pas bon, c’est rarement dans de grosses proportions (aucun match avec un différentiel négatif supérieur à 0.4)

L’analyse de ces données de buts évités cumulés témoigne bien de cette régularité et de l’impact positif de Donnarumma (courbe bleue ci-dessous) :

A l’inverse, la courbe de Navas est plus chaotique et peine à décoller.

En regardant les données disponibles depuis 2017, on constate que Donnarumma est dans la lignée de ses trois dernières saisons, tandis que Navas n’a connu qu’une seule saison exceptionnelle, la saison dernière (surtout en début de saison)

La comparaison avec les autres gardiens de Ligue 1 n’est pas non plus favorable à Navas puisqu’il ne pointe qu’à la 18ème place !

C’est Benitez le gardien qui évite le plus de buts à son équipe depuis le début du championnat. Donnarumma est 5ème.

En Champions League, Donnarumma est également 5ème d’un classement dominé par le portier de Benfica Vlachodimos (3.7 buts évités) et celui du Real Courtois (3.3). Navas est 12ème.

A ce jour, le bilan global est donc nettement favorable à Donnarumma dans son face-à-face avec Navas. Le nombre de matches disputés n’est pas énorme mais l’écart de performance mis en évidence par les stats avancées est clair et net.

Pochettino et son staff font-ils le même constat ? Pour le moment, les deux gardiens alternent assez régulièrement et puisque le plus jeune des deux a joué le match aller face au Real, il est probable que Navas joue le retour. A moins que…

Liens utiles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Le #PSG sous pavillon qatarien, c'est, à titre informatif:

👉182 millions d'euros en impact économique sur Île-de-France

👉2150 emplois indirects générés pour l'Île-de-France

Bizarrement, on n'entend pas trop les élus de tout poil sur ce thème. https://twitter.com/BFMTV/status/1577203195734106112

BFMTV@BFMTV

David Belliard "dénonce" et "regrette" que le PSG appartienne au Qatar

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

📊1 duel gagné sur les 8 disputés par Bernat contre Nice ! Depuis le début de saison, en Ligue 1, il a gagné 5 de ses 21 duels, soit 24 %. C'est le plus bas taux de tous les joueurs parisiens

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

Load More...

Archives

Calendrier

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Top Stats 2020-2021