Catégories
Analyses Saison 2022-2023

Renato Sanches et le PSG, le mariage parfait ?

Coup de foudre à Paname City ! L’association de l’accélérateur de particules Renato Sanches avec le club de la capitale et ses milieux ronronnants a tout pour faire des étincelles. Malgré les doutes qui existent sur sa fiabilité physique, on comprend, à la lecture des stats, pourquoi Luis Campos et Coach G ont fait des pieds et des mains pour recruter le Lillois de 24 ans. Oubliez tout ce que vous avez vu des milieux parisiens l(es)a saison(s) écoulée(s), Petit Hibou excepté, mouillez vous la nuque et venez découvrir le profil du futur meilleur Portugais de l’histoire du club.

Les atouts de Ranato SanchesLes limites de Renato Sanches
Créateur d’occasions de butsPhysique fragile
VerticalitéPeu de buts inscrits
Courroie de transmission entre le milieu et l’attaqueManque d’impact défensif
Goût pour le duel

Les atouts de Renato Sanches

Créateur d’occasions de buts

Un milieu de terrain décisif dans les 18 mètres adverses au PSG ? Cela fait bien longtemps que l’on n’a plus vu ça !

Par exemple, aucun milieu n’a donné plus de 5 passes décisives en Ligue 1 depuis… Matuidi en 2015-2016 ! C’est dire le manque du PSG dans la créativité au milieu de terrain.

Renato Sanches pourrait combler cette lacune là. Il reste notamment sur une saison à 5 passes décisives avec Lille la saison dernière. Le meilleur milieu parisien dans ce domaine était Wijnaldum avec 3. C’est dire le besoin…

Au-delà des passes décisives proprement dites, toutes les stats indiquent que le PSG a mis la main sur un joueur capable de créer le danger et de servir ses coéquipiers dans de bonnes situations de tirs.

Sa moyenne d’expected assist en Ligue 1, c’est-à-dire les passes qui doivent générer un but, est de 0.18 toutes les 90 minutes. C’est mieux que tous les milieux parisiens de la saison écoulée. Et, plus parlant encore, c’est également nettement au-dessus de la moyenne des milieux parisiens sous QSI (2011-2022).

Les stats de passes clés et d’actions amenant un tir confirment sa grosse qualité de créateur. Il tourne en effet en moyenne en Ligue 1 à 1.8 passes clés par 90 minutes.

Non seulement c’est davantage que l’ensemble des milieux parisiens de la saison dernière, mais, en outre, aucun milieu parisien dans l’histoire récente du club n’a fait mieux.

La moyenne la plus élevée de passes clés pour un milieu du PSG sur une saison sous QSI est de 1.7 par 90 minutes. Il s’agissait de Thiago Motta en 2013-2014. La moyenne pour les milieux parisiens sous QSI est de 1 passe clé. Sanches reste sur une saison à 1.9 avec Lille (une équipe qui, en outre, se créait moins d’occasions que le PSG).

Il est à l’origine en tout de 3.7 tirs toutes les 90 minutes en moyenne en L1. Dans l’effectif du PSG de la saison dernière, cela l’aurait situé juste derrière le quatuor offensif Messi-Neymar-Di Maria-Mbappé et devant tous les milieux et défenseurs. Cela constituera une vraie nouveauté parmi les milieux :

On notera au passage le saut de qualité que devrait faire le PSG cette saison en termes de créativité au milieu du terrain puisque les arrivées combinées de Vitinha et Sanches devraient provoquer une sacré différence avec ce que l’on connaissait jusque-là.

Les deux Portugais produisaient en effet environ deux fois plus chacun de passes clés que la moyenne des milieux parisiens la saison dernière :

Sa verticalité

La verticalité de son jeu constitue le 2ème atout majeur de Sanches. Il vient compenser un domaine où les milieux parisiens ont été particulièrement défaillants ces dernières saisons.

Alors qu’au PSG, on a tendance à considérer Verratti comme la référence ultime en terme de milieu de terrain et de jeu vers l’avant, et bien sachez que Sanches fait encore mieux que le petit Italien. Certes, les styles de jeu du PSG et de Lille ont peu de choses en commun mais la stat reste valable.

Il réalisait en effet la saison dernière 7.5 passes progressives toutes les 90 minutes. C’est mieux que Verratti (7.2). Parmi les cinq principaux championnats européens, ils ne sont que 4 milieux de terrain à en réussir davantage (Alcantara, Kimmich, Kroos et Guimaraes) !

La verticalité de son jeu prend aussi la forme de courses vers l’avant. Il est crédité de 8.6 courses progressives par 90 minutes. Là aussi, cela le situe parmi le gratin du foot européen (Bernardo, Verratti, Alcantara…).

Pour amener le ballon dans les zones dangereuses, il n’hésite pas à jouer long. C’est l’un des gros points faibles du jeu parisien où très peu de milieux notamment osent renverser à l’opposé pour contourner les blocs.

Sanches a des stats sans commune mesure avec les milieux actuels du PSG en matière de passes longues. Il en réussissait 6.5 à Lille la saison dernière, contre 4 pour Paredes, meilleur milieu parisien dans ce domaine :

Une courroie de transmission entre le milieu et l’attaque

Autre point positif qui confirme la complémentarité du nouveau venu avec les milieux actuels : sa zone d’influence se situe plus haut sur le terrain que Verratti ou Danilo, pour ne citer que les milieux de terrain qui devraient rester cette année.

La répartition de ses ballons touchés selon les zone du terrain est en effet assez proche du partant Wijnaldum. Il est donc peu utilisé à la base des actions mais sert davantage de courroie de transmission entre le milieu et les attaquants.

C’est exactement ce dont le PSG a besoin. Wijnaldum avait été recruté pour cela mais n’a pas su se mettre au niveau. Outre le positionnement, Sanches semble lui avoir les armes pour remplir ce rôle.

On a la confirmation qu’il n’a pas le même profil que les autres milieux parisiens avec son nombre de ballons joués. Il est certes relativement important (83 en moyenne en Ligue 1) mais bien inférieur à la production d’un Verratti (115) ou même d’un Vitinha (93).

C’est logique, Verratti est la rampe de lancement, celui par qui passent tous les ballons, tandis que l’on attend d’un Sanches qu’il soit plus dans la percussion, en puncheur, pour déclencher les offensives finales, dans le dernier tiers du terrain.

Son goût pour le duel

Les supporters parisiens, habitués à voir Verratti courir et se battre pour deux, voire trois, vont avoir un choc : ils vont découvrir un autre milieu se jeter sur les ballons, s’arracher et éliminer des adversaires en un contre un.

Les stats de duels sont formelles : Sanches est fait du même bois que Verratti. La moyenne de duels disputés par le Portugais est même supérieure à celle de l’Italien :

Et, en termes de duels, on se situe dans des zones très élevées. Censé occuper à peu près les mêmes zones que Wijnaldum, Sanches dispute pourtant deux fois plus de duels.

Parmi les duels figurent les dribbles et l’ancien lillois brille particulièrement dans cet exercice. Il réussissait en moyenne 2.3 dribbles la saison dernière. Là encore, c’est plus que tous les milieux parisiens, y compris Verratti ! Son taux de réussite est en outre plutôt bon (70 %) :

La saison écoulée constitue en outre sa moins bonne campagne en la matière. Il tourne en Ligue 1 à 2.7 dribbles réussis en moyenne sur ses trois saisons.

Il s’agit là d’un énorme gap qualitatif par rapport aux milieux 2021-2022. Moins de « passes diplomatiques » et plus de dribbles chaloupés. Surtout que l’autre recrue portugaise du milieu, Vitinha, est également bien ami avec le ballon (1.9 dribbles réussis).

On a vu dans cette première partie, à travers quelques stats, tout l’apport que constitue Sanches à l’entrejeu parisien. On évitera de parler de « chaînon manquant » pour ne pas se porter la poisse (cf. l’article sur l’arrivée de Rafinha), mais le néo-Parisien coche quand même beaucoup de cases et devrait combler pas mal de lacunes du jeu parisien.

La compil ci-dessous retrace d’ailleurs parfaitement les qualités de percussion, de passes et de créativité décrites plus haut :

Les limites de Renato Sanches

Néanmoins, le joueur a aussi, logiquement, ses limites, et on va regarder ce que nous disent les chiffres.

Un physique fragile

Il s’agit du point d’interrogation principal concernant le Portugais : le physique suivra-t-il ?

Déjà qu’au PSG même des joueurs réputés indestructibles et jamais blessés (comme Gueye) font leur petit tour à l’infirmerie, alors avec des joueurs déjà fragiles, ça peut virer au séjour permanent à la clinique Aspetar de Doha…

Il n’y a évidemment pas de règles en la matière et personne ne peut prédire le futur, mais les chiffres de ses trois dernières saisons sont inquiétants.

En trois saisons, il n’a jamais disputé plus de 25 matches et n’a jamais commencé plus de 20 parties.

Il reste sur sa saison la plus complète mais avec 1657 minutes, soit le même total que Wijnaldum et Gueye qui n’étaient pas à proprement parler des titulaires indiscutables.

Sa moyenne de minutes par match (66) traduit bien sa fragilité. Le tableau des blessures ci-dessous aussi…

La saison dernière, 4 blessures sont recensées qui lui ont fait rater un tiers des matches de Ligue 1. La saison précédente, essentiellement des problèmes musculaires avec 14 matches out. Et ainsi de suite…

On va croiser les doigts et espérer que le staff médical puisse alerter en cas de souci et qu’il soit géré convenablement pour être le plus présent possible.

Peu de buts inscrits

Le second point faible du jeu de Sanches à la lumière des stats concerne son manque de buts. Ce n’est pas forcément ce que l’on va lui demander en premier mais, compte tenu de ce que l’on a vu précédemment sur son positionnement, on s’attendait à des chiffres plus élevés.

Il n’a marqué que 6 buts en 3 exercices de Ligue 1 :

Il tente pourtant régulièrement sa chance puisqu’avec 1.5 tirs / 90 minutes, il est devant tous les milieux du PSG. Mais il tire souvent de loin (2/3 de ses tirs environ) et cadre peu (même pas 1/4 de ses tirs).

La bonne volonté est là et on ne va pas cracher sur un joueur qui tire de loin (un but d’en dehors de la surface la saison dernière), mais la précision n’est clairement pas au rendez-vous.

Le manque d’impact défensif

Les stats défensives sont assez cruelles pour Renato et c’est un peu la mauvaise surprise de cette étude.

On ne s’attendait pas à le voir s’aligner sur les datas de Gueye ou Danilo, mais de là à ce qu’il nage dans les mêmes eaux que le transparent Wijnaldum…

Surtout dans une équipe comme Lille où la culture défensive était très présente sous Galtier et où l’équipe ayant moins la possession du ballon que le PSG, les joueurs sont amenés à produire plus de stats défensives.

Le constat est donc le suivant : Sanches à Lille en 2021-2022 réalisait en moyenne 2.4 interventions défensives toutes les 90 minutes. C’est à des années lumière des productions de Gueye, Danilo ou même d’un Herrera qui ne ménageait pas sa peine.

1 tacle réussi par 90 minutes, c’est vraiment très faible pour un milieu de terrain. Dans l’histoire récente du PSG, parmi les milieux de terrain à plus de 20 matches, il n’y a que Wijnaldum qui a fait moins (0.8).

Le problème n’est pas tant son manque de volonté (on a vu que ses stats de duels étaient élevées), que sa réussite dans l’exercice. Il ne réussit en effet que 53 % de ses tacles. Tous les milieux parisiens de la saison écoulée ont un meilleur ratio, même Herrera (54 %). Et les milieux les plus habiles dans l’exercice (Danilo et Gueye) tournent autour des 70 % :

Le taux moyen de tacles réussis des milieux de terrains sous QSI est de 67 %. Sanches en est donc très loin.

Espérons que le fait de côtoyer quotidiennement des génies offensifs à l’entraînement l’aide à progresser dans les un contre un défensifs !

Complémentaire : c’est le mot qui résume le mieux le mariage de Renato Sanches et du PSG. Il a tout tout ce que le club de la capitale n’avait pas. Ils étaient donc faits pour se rencontrer et s’unir.

Pour le meilleur ou pour le pire ? Si le physique (et le mental) suit, ils couleront des jours heureux et Sanches peut même ambitionner de devenir le meilleur Portugais de l’histoire du PSG (si si). Dans le cas contraire, grosse déprime, assiettes cassées et le PSG sera tenté/contraint de rappeler ses ex, même Portugais (Allo, Danilo ? )

Liens utiles :

Le bilan des milieux de terrain 2021-2022 : Verratti plus que jamais seul au monde

Les autres recrues du mercato estival 2022 :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

Le #PSG sous pavillon qatarien, c'est, à titre informatif:

👉182 millions d'euros en impact économique sur Île-de-France

👉2150 emplois indirects générés pour l'Île-de-France

Bizarrement, on n'entend pas trop les élus de tout poil sur ce thème. https://twitter.com/BFMTV/status/1577203195734106112

BFMTV@BFMTV

David Belliard "dénonce" et "regrette" que le PSG appartienne au Qatar

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

📊1 duel gagné sur les 8 disputés par Bernat contre Nice ! Depuis le début de saison, en Ligue 1, il a gagné 5 de ses 21 duels, soit 24 %. C'est le plus bas taux de tous les joueurs parisiens

📊La courbe de % de dribbles réussis par Neymar en Ligue 1 poursuit son inexorable descente : seulement 39 % pour le moment en Ligue 1, contre 46 % la saison dernière, et... 67 % en 2017-2018 !!!

Load More...

Archives

Calendrier

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Top Stats 2020-2021