Catégories
Analyses Saison 2020-2021

Un cinq majeur pour un double pivot

A Bordeaux mercredi, Pochettino a essayé son septième double pivot différent au milieu de terrain. La paire Gueye-Danilo, par ailleurs auteure d’un bon match, succédant notamment aux binômes Paredes-Verratti ou Paredes-Gueye. Puisque l’entraîneur argentin semble faire de son double pivot un incontournable de ses compositions d’équipe, nous nous sommes penchés sur les différentes associations qu’il avait utilisées jusque-là et sur les profils des cinq joueurs (Paredes, Verratti, Gueye, Herrera et Danilo) qui composent la rotation.  

Les conférences de presse de Mauricio Pochettino sont généralement un long exercice de langue de bois. Mais parfois, après les matches notamment, il relâche la pression et se livre un peu plus. Après la victoire à Bordeaux, alors qu’il était interrogé sur le rôle des remplaçants, il eut la réponse suivante : « L’identité de l’équipe doit toujours être la même sur le terrain, quels que soient les joueurs alignés. »

OK coach, c’est noté. C’est très intéressant et on ne demande qu’à vous croire. Même si, d’un match à l’autre (les extrêmes étant bien sûr la masterclass au Camp Nou le mercredi et la piteuse copie rendue quatre jours plus tard face à Monaco), ou même au cours d’un même match (66 % de possession en première mi-temps, 46 % en seconde face à Bordeaux), on a du mal à reconnaître cette fameuse identité.

Un seul match sur quatorze sans double pivot au coup d’envoi

Un marqueur de cette identité semble néanmoins être le double pivot. En 14 matches à la tête du PSG (11 de Ligue 1, 1 de Champions League, 1 Trophée des Champions et 1 de Coupe de France), Pochettino a mis en place à 13 reprises ce dispositif au coup d’envoi. Avec parfois des modifications en cours de match, notamment en fin de rencontre pour densifier le milieu. Mais la seule exception au 4-2-3-1 (ou 4-4-2) de l’entraineur argentin depuis son arrivée dans la capitale, fut le 4-3-3 composé face à Monaco (défaite 2-0). 

Le tableau ci-dessous récapitule, match par match, les double pivot utilisés au milieu de terrain. En vert figurent les victoires, en mauve le nul et en rouge la défaite.

Sept associations différentes

On relève donc que cinq joueurs ont été associés dans sept double pivot différents. Ni Rafinha, ni Draxler, ni Marquinhos n’ont été essayé dans cette position par Pochettino, au contraire de son prédécesseur. Seules trois associations possibles (Verratti-Gueye, Verratti-Herrera, Verratti-Danilo) n’ont pas été testées par l’ancien coach de Tottenham. Tous les binômes combinant Gueye, Herrera, Danilo et Paredes ont été vus au moins une fois.

Si l’entraîneur argentin semble être la recherche de la bonne formule, un double pivot a néanmoins été plus vu sur le terrain que les autres : la paire Paredes-Gueye a en effet disputé 4 matches (pour 4 victoires face à Nîmes, Marseille, Nice et Barcelone). Le plus souvent, elle avait un « numéro 10 » devant elle (Verratti ou Draxler).

Trois paires ont été alignées deux fois : Gueye-Herrera aux tous débuts de l’ère Pochettino, Paredes-Verratti quand tout le monde était disponible et Paredes-Danilo pour la seule défaite de l’Argentin jusqu’à présent (à Lorient).

Paredes incontournable ?

On constate également que Paredes a été associé aux quatre autres milieux de terrain au moins une fois. C’est le seul dans ce cas-là. Il faut dire qu’il a disputé neuf des treize matches avec double pivot. Gueye arrive en seconde position avec sept matches (6 victoires et un nul). Le Sénégalais n’a pas été associé à Verratti sous Pochettino mais l’avait été plus tôt dans la saison (contre Lens et Marseille) par Thomas Tuchel.

Les autres fais notables à la lecture du tableau ci-dessus sont que Pochettino préfère positionner Verratti plus haut sur le terrain (seulement deux matches en double pivot) et que Danilo, relégué loin dans la hiérarchie au début du mandat de l’Argentin semble revenu dans les petits papiers du staff puisqu’il a débuté trois des cinq derniers matches joués en double pivot.

En conclusion, on ne peut que confirmer la première partie de l’assertion de Pochettino « L’identité de l’équipe doit rester la même » : il n’a que très peu modifié son schéma tactique de match en match et le double pivot apparaît comme une composante forte de ce nouvel ADN parisien.

Des profils interchangeables ?

Dans un second temps, nous allons chercher à vérifier la seconde partie de l’affirmation du coach, à savoir « quels que soient les joueurs alignés ». Le profil technique des cinq joueurs différents associés au milieu de terrain nous paraît tellement varié que la pérennité d’un style de jeu, quels que soient les joueurs sur le terrain, nous semble pour le moins complexe.

Pour vérifier cela, nous allons, à l’aide des statistiques de cette saison, étudier les profils des cinq milieux parisiens (Paredes, Verratti, Danilo, Gueye et Herrera) que Pochettino a choisi d’aligner dans son double pivot.

Les stats portent sur toute la saison 2020-2021 (quel que soit le poste) sur les deux compétitions principales (Ligue 1 et Champions League) et sont principalement issues des sites whoscored.com et fbref.com

Des contributions offensives sensiblement différentes

Au niveau offensif, tout d’abord, les expected goals et expected assist nous aident à évaluer le poids face au but adverse :

Même si les chiffres sont globalement faibles, les écarts entre les cinq protagonistes sont importants : 0.22 xG+xA toutes les 90 minutes pour Verratti contre 0.09 à Paredes pour prendre les deux extrêmes. On notera le bon positionnement de Danilo (2ème avec 0.2) qui vient d’enchaîner deux parties avec une bonne présence offensive (0.23 xG à Bordeaux et 0.33 à Dijon).

La moyenne de tirs est relativement proche (environ 1/90 minutes) mais les modalités de ces frappes sont différentes selon les joueurs : Paredes (16/17) et Gueye (13/17) tirent de l’extérieur de la surface ; Danilo (8/12) et Herrera (6/19) utilisent leur jeu de tête. Une constante néanmoins : la difficulté à cadrer (23 %). D’ailleurs, à eux cinq, ils n’ont cadré aucune frappe en sept matches de Ligue des Champions !

Pas la même utilisation du ballon selon les joueurs alignés

Mais le domaine où les divergences entre les milieux est la plus flagrante est l’utilisation du ballon. Les statistiques relatives à la possession et à la passe viennent confirmer cela.

L’écart de ballons joués entre Verratti et les autres est pour le moins conséquent. Gueye, Paredes et Herrera naviguent dans les mêmes eaux. Danilo est clairement en-dessous. C’est d’ailleurs le seul des cinq à ne pas avoir encore atteint le cap des 100 ballons touchés dans un match (record à 93 face à Lyon).

Le comportement balle au pied confirme ces différences, comme on le voit avec la stat des passes réussies vers le dernier tiers du terrain :

Ce type d’indicateur traduit bien le fossé qui existe entre Verratti et Danilo par exemple dans l’utilisation du ballon. Là où l’Italien va 11 fois par match transmettre le ballon vers le dernier tiers, Danilo le fera trois fois seulement et Herrera six. La bonne surprise vient de Gueye, au même niveau que Paredes avec 9.5.

Dans le prolongement de ces passes vers le derniers tiers, la stat du nombre de ballons touchés dans la surface met là aussi en évidence de très fortes disparités entre les cinq milieux de terrain :

Alors que Verratti, aidé par sa récente position de numéro 10, touche presque trois ballons par match dans la surface adverse, Paredes, de sa position préférentielle très reculée est à 0.1 ! Cela représente 2 ballons en tout (à domicile contre Bordeaux et Basaksehir) sur les 1 595 joués en 20 matches et plus de 1 300 minutes… Herrera est second avec 1.5.

La data de « progression du ballon » ci-dessous va venir confirmer qu’il y a bien Verratti et les autres.

Que ce soit par la passe ou la conduite, Verratti est celui qui fait le plus avancer le ballon, devant Paredes et Gueye. Les limites techniques de Danilo et Herrera se révèlent avec ce type d’indicateur qui met bien en évidence leur incapacité à faire le lien entre le milieu et l’attaque.

Dernières spécificités offensives : le jeu long de Paredes (4.4 passes réussies/90 minutes contre 2.6 en moyenne pour ses coéquipiers du milieu) et les dribbles de Verratti (3.3 réussis contre 0.7 pour les quatre autres). L’Italien a d’ailleurs réussi à lui seul plus de dribbles (52) que ses quatre partenaires du milieu (43). Les taux de passes réussies sont tous autour de 92 %, sauf pour Herrera (89.4 %).

Des profils très différents au milieu de terrain offensivement parlant

Bref, l’analyse de la partie offensive a permis de mettre en évidence que les cinq milieux de terrain présentent des profils très différents :

  • Verratti : gros volume de jeu, forte contribution offensive, dribbleur
  • Paredes : capacité à faire progresser le ballon par son jeu long notamment, plus de tirs que la moyenne
  • Gueye : gros volume de jeu, pas de gros point fort ni de gros point faible
  • Herrera : des difficultés à jouer vers l’avant mais une présence offensive intéressante
  • Danilo :  faible volume de jeu, faible capacité à faire progresser le jeu

Verratti, roi des duels

Passons à la phase défensive, toujours à l’aide des statistiques. Les duels ci-dessous, même s’ils impliquent également des confrontations offensives, mettent également en évidence des différences flagrantes entre les cinq joueurs examinés.

Verratti va énormément aux duels (près de 17), Danilo à l’inverse très peu (6) alors qu’il a le meilleur taux de succès (61.9 %). Herrera a le moins bon taux (46.9 %).

Herrera presse et tacle

Les actions de pressing ci-dessus viennent confirmer que Danilo et Paredes ont moins de jambes que leurs partenaires. Gueye et Herrera, au contraire, sont très volontaires pour harceler l’adversaire (plus de 20 pressings/90 minutes).

Les interventions défensives « classiques » viennent enfoncer le clou sur les profils défensifs vus précédemment : Herrera est très actif (5.4 tacles et 1.7 interceptions par exemple), tandis que Danilo et Paredes effectuent moins d’interventions défensives.

Gueye récupère le plus de ballons

L’indicateur ultime pour apprécier l’efficacité défensive d’un milieu de terrain reste le nombre de ballons récupérés. A ce jeu-là, c’est la paire Gueye (8.5)-Verratti (8) qui se révèle la plus efficace. C’est Paredes qui présente les moins bonnes stats (6.6).    

Au global, au niveau défensif, Gueye et Verratti se distinguent assez nettement mais on a constaté qu’Herrera était très actif également. En revanche, Paredes et Danilo présentent systématiquement des stats inférieures.

Que ce soit à l’aide des indicateurs offensifs ou défensifs, on a surtout vu que les caractéristiques des cinq milieux de terrain du PSG amenés à composer le double pivot qui semble cher aux yeux de Pochettino divergeaient très sensiblement.

On a essayé de synthétiser ces profils à l’aide du radar suivant (où les indicateurs ont été ramenés en base 100) :

  • Verratti (en bleu) est de loin le plus complet, présent à la fois offensivement et défensivement, capable d’être à la bagarre mais aussi très « progressif ».
  • Gueye (en vert), dans la lignée de son très bon match à Bordeaux, est la bonne surprise de cette étude : ses stats défensives sont très bonnes, mais, en outre, il n’est pas totalement neutre offensivement
  • Paredes (en blanc) a surtout un apport en termes de mètres gagnés. Ses stats offensives et de duels sont en retrait
  • Herrera (en gris) a des difficultés dans le duel et dans la capacité à faire le liant avec l’attaque mais il a un apport défensif et contribue offensivement
  • Danilo (en rouge) apporte offensivement et défensivement avec son jeu de tête uniquement. Pour le reste, c’est nettement inférieur à ses partenaires.   

Des joueurs bien différents et donc plus complémentaires qu’interchangeables

Le format des cinq radars ci-dessus traduit bien la diversité des profils différents qu’a le coach parisien à sa disposition. C’est forcément une richesse pour affronter différents types d’adversaires et mettre en place différents plans de jeu. Mais cela interroge sur « le projet de jeu » ou « l’identité de jeu » qu’il souhaite mettre en place s’il considère ses joueurs comme interchangeables.

En effet, compte tenu de leurs différences de style, peut-on réellement pratiquer le même football avec Verratti et Danilo ? En quoi le double pivot Danilo-Gueye, aligné mercredi à Bordeaux, est-il transposable avec celui composé de Verratti et Paredes qui semblait avoir les faveurs du staff courant janvier ? Peut-on réellement demander les mêmes choses à des joueurs si différents ? 

Gueye est peut-être le seul, mis à part l’ovni Verratti, à être suffisamment polyvalent pour à la fois sortir le bleu de chauffe et apporter un peu de créativité. Les autres paraissent trop spécialisés dans des rôles propres pour être réellement interchangeables.  Dans ces conditions, comment affirmer que l’identité de jeu sera la même « quels que soient les joueurs alignés » ?

On le voit quand Danilo s’empêtre dans ses dribbles, ou quand Paredes doit défendre pour deux au milieu : les joueurs ne sont pas des robots et ne peuvent pas tout faire (sauf à s’appeler Verratti bien sûr). Cela signifie que l’association du milieu de terrain, en double pivot ou à trois, doit être complémentaire. Et, a priori, les paires Verratti-Paredes, très portée sur la créativité, ou à l’autre extrême, Danilo-Herrera très défensive, manquent de complémentarité.

Nous avons raisonné dans cet article en isolant le double pivot du reste de l’équipe. Evidemment, sur le terrain, des équilibres se créent avec les autres joueurs et des compensations peuvent s’effectuer. C’est d’ailleurs peut-être le sens du positionnement de Verratti en numéro 10 : il peut dans ce cas à la fois soulager les manques défensifs d’un Paredes et créer pour deux Danilo. On a plus de doutes sur la viabilité d’un tel système avec Neymar en 10 devant le duo Verratti-Paredes…

Article paru sur Culture PSG en mars 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Stats 2021-2022

Articles les plus lus

Twitter

📊Les stats de #Mbappé lors de Metz-PSG (1-2)
⚽️ Aucun but ou passe décisive pour la 1ère fois en L1 depuis avril 2021 contre Lille (soit 11 matches de suite)
🏹3 tirs 🥇, 1 cadré
👟76 ballons joués
🏐45 passes réussies sur 55
🔑4 passes clés 🥇
🏈4 passes longues sur 4 🥈
⬇️

📊Les stats de #Neymar lors de Metz-PSG (1-2) :
🏀1 passe décisive (sa 1ère de la saison)
🏹3 tirs 🥇, 0 cadré
👟101 ballons joués
🏐52 passes réussies sur 67
🔑3 passes clés 🥈
🏈4 passes longues sur 4 🥈
↪️0 centre réussi sur 4
📉33 ballons perdus 🥇
⬇️

📊Les stats de #Danilo lors de Metz-PSG (1-2) :
👟111 ballons joués 🥉(son record avec le PSG)
🏐100 passes réussies sur 102 🥉(c'est 20 de plus que son record avec le PSG)
🔑1 passe clé
⛹️‍♂️2 dribbles réussis sur 4 🥈
📉4 ballons perdus
⬇️

📊Les stats collectives de Metz-PSG (1-2)
🏹15 tirs à 6 pour le PSG (10 à 1 en MT2)
🎯5 tirs cadrés à 2 pour PSG (3-0 en MT2)
👟74 % de possession pour le PSG
⛹️‍♂️11 dribbles réussis à 4 pour le PSG
📞18 interceptions à 6 pour Metz
🌈3 corners partout (3-0 pour Paris en MT2)
⬇️

📊Les stats de Danilo à la mi-temps de Metz-PSG (1-1)
👟69 ballons joués 🥉
🏐63 passes réussies sur 63 🥈
⛹️‍♂️1 dribble réussi sur 3
🥢1 tacle réussi sur 1
🏌️1 dégagement
🤼‍♂️2 duels gagnés sur 6
🪃 7 ballons récupérés 🥇
⛔️1 tir contré

📊Les stats de Rafinha à la mi-temps de Metz-PSG (1-1)
🏹1 tir, contré
👟59 ballons joués
🏐46 passes réussies sur 48
⛹️‍♂️1 dribble réussi sur 2
🥢5 tacles réussis sur 5 🥇
📞1 interception 🥈
🪃 6 ballons récupérés 🥈
🚑1 faute subie
🤼‍♂️7 duels gagnés sur 9 🥇
📉3 ballons perdus

📊Les stats collectives à la mi-temps de Metz-PSG (1-1)
🏹5 tirs partout
🎯2 tirs cadrés partout
👟76 % de possession pour le PSG
⛹️‍♂️6 dribbles réussis à 2 pour le PSG
🌈3 corners à 0 pour Metz
🚑6 fautes commises à 3 pour le PSG
🤼‍♂️63 % de duels gagnés par le PSG

Hello @PaulTchoukriel @GovouSidney Si vous voulez compléter vos fiches pour le match de ce soir : https://www.parisstatsgermain.fr/paris-forte-tete/

Avec 6 buts de la tête en 6 matches, le PSG est sur les bases d'une saison record. On vous explique tout ça https://www.parisstatsgermain.fr/paris-forte-tete/

Load More...

Archives

Calendrier

septembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Top Stats 2020-2021